Cet article date de plus de neuf ans.

Le nouveau profil Facebook de Nicolas Sarkozy met en scène la vie du président

Le nouveau profil Facebook de Nicolas Sarkozy a été mis en ligne vendredi 10 février. Le président de la République et futur candidat à sa réélection se met en scène, entre succès politiques, vie privée et confidences.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du nouveau profil Facebook de Nicolas Sarkozy (DR)

Le nouveau profil Facebook de Nicolas Sarkozy a été mis en ligne vendredi 10 février. Le président de la République et futur candidat à sa réélection se met en scène, entre succès politiques, vie privée et confidences.

L'équipe de Nicolas Sarkozy a mis en ligne vendredi le nouveau profil Facebook du président de la République. Entrée en matière avant le lancement officiel de la campagne, il utilise la nouvelle présentation introduite en septembre sous forme de "timeline". Le chef de l'Etat met sa vie en scène, dressant au passage son bilan de président.

Nicolas Sarkozy cherche donc à mettre en valeur ses succès. L'image d'un président à la stature internationale est donc privilégiée, les mesures-phares de son mandat sur le plan national aussi.

Pour s'adresser aux Français, plus besoin du petit écran

Toutefois, le profil du chef de l'Etat élude les initiatives controversées. "Le profil évite toutefois de s'appesantir sur le débat sur l'identité nationale, ou encore sur le discours de Grenoble de l'été 2010", note France TV Info. De même, l'année 1995, où Nicolas Sarkozy était censé être porte-parole de l'équipe d'Edouard Balladur, n'est pas mentionnée, relève Le Lab.

"Nicolas Sarkozy voulant s'adresser aux Français en général, il a été décidé que Facebook était le bon endroit, privilégié à Twitter", a expliqué Manuel Diaz, responsable d'Emakina, l'agence qui dirige la stratégie numérique de l'UMP et du futur candidat, au Monde.fr.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.