Le maire (PS) de Boulogne-sur-mer estime que Marine Le Pen "ne connait rien" à la pêche

"La seule pêche qu'elle connaisse, c'est la pêche aux voix". Telle est l'opinion du maire de Boulogne-sur-Mer sur Marine Le Pen. La présidente du Front nationale s'était présentée, mercredi dernier dans ce port comme la seule "candidate de la mer".

Marine Le Pen sur le port de Boulogne sur Mer
Marine Le Pen sur le port de Boulogne sur Mer (DENIS CHARLET / AFP)

"La seule pêche qu'elle connaisse, c'est la pêche aux voix". Telle est l'opinion du maire de Boulogne-sur-Mer sur Marine Le Pen. La présidente du Front nationale s'était présentée, mercredi dernier dans ce port comme la seule "candidate de la mer".

Marine Le Pen est une "menteuse". C'est du moins ce que pense Frédéric Cuvilier. M. Cuvilier est député du Pas-de-Calais et surtout, en l'espèce, maire (PS) de Boulogne-sur-Mer.

Et M. Cuvillier, qui ne fait pas dans le demi-mesure, estime que "la seule pêche qu'elle connaisse, c'est la pêche aux voix". Mme Le Pen s'était rendue mercredi 14 décembre sur le port de Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français. La candidate du Front national s'y était autoproclamée "seule candidate de la mer".

La candidate d'extrême droite avait aussi fustigé les "contraintes" que l'Union européenne (UE) impose aux pêcheurs, notamment au travers des quotas de pêche.

"Ce qu'elle propose tuerait la pêche"

Le maire de Boulogne, qui est ausi conseiller de François Hollande pour les questions relatives à la mer, estime que la présidente du FN ne "connaît rien" à la pêche. Dans un entretien à paraître mercredi dans La Semaine du Boulonnais, il déclare : "Marine Le Pen, c'est du mensonge en barre (...) Ce qu'elle propose tuerait la pêche".

"Boulogne est un port d'importation, précise M. Cuvillier. En cassant l'Europe bleue, comme le préconise Marine Le Pen, elle priverait les entreprises de la Capécure [la zone portuaire de Boulogne-sur-Mer] de 90% de leur matière première", estime le député du boulonnais dans l'hebdomadaire.

"C'est notre statut de premier port européen de transformation des produits de la mer qui nous permet de résister à la crise. (...) Le repli nationaliste interdirait aussi aux professionnels français d'aller pêcher dans les eaux étrangères", conclut-il.

Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Bruno Le Maire, n'a pas réagi aux observations de Mme Le Pen sur les quotas de pêche.