Le logement social au coeur des annonces de Valls pour plus de mixité

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté vendredi, au terme d'un comité interministériel, des mesures sur le logement, l'école et les quartiers en vue de favoriser la mixité sociale. Parmi ces annonces, le recours aux préfets pour faire appliquer la loi sur la construction de logements sociaux dans chaque ville.

(Le Premier ministre veut favoriser la mixité sociale en France, en agissant notamment sur le logement © MAXPPP)

Le comité interministériel baptisé "Égalité, citoyenneté, la République en actes", qui s'est tenu ce vendredi après-midi à Matignon, a débouché sur plusieurs annonces du Premier ministre. Un but : favoriser la mixité sociale, en agissant notamment sur le logement. Lors de sa conférence de presse, pour appuyer sa démonstration, Manuel Valls est revenu sur son utilisation du mot "apartheid " pour dénoncer le manque de mixité et les discriminations dans certains quartiers. Le Premier ministre assume.

Manuel Valls : "Ce mot, cette expression ont été utiles"
--'--
--'--

Des logements sociaux où il en faut

Manuel Valls a notamment annoncé que les préfets seraient saisis dans les départements, pour faire construire des logements sociaux dans les communes qui ne respectent pas les obligations légales, soit 20 %. Des propositions sont attendues avant le mois de juin. Dans le même temps, la construction de logements sociaux sera limitée dans les quelque 1.500 quartiers prioritaires de la politique de la ville, dès que le taux de logement social dépassera 50 %. Parallèlement, les bénéficiaires les plus pauvres du droit au logement opposable (Dalo) - ceux qui sont en dessous de seuil de pauvreté - ne seront plus relogés dans ces quartiers modestes. Et les logements sociaux détruits seront reconstruits en dehors des quartiers sensibles.

"Il faut arrêter d'ajouter de la pauvreté à la pauvreté" (Manuel Valls)

Les préfets disposeront de pouvoirs pour délivrer des permis de construire au nom de 216 communes identifiées comme ne respectant pas le quota minimum légal. Autre volonté : revoir la politique des loyers, et la gestion du parc social, souvent éparpillée entre différents opérateurs et donc difficilement lisible. Pour coordonner la mise en application de ces mesures, Thierry Repentin va être nommé délégué interministériel. Un milliard d'euros sur trois ans sera consacré à ces nouvelles mesures. Mais le Premier ministre a anticipé les critiques sur le manque de moyens pour mettre en application ce plan ambitieux : "Tout ne se règlera pas à coups de millions supplémentaires ".

Des mesures pour l'éducation

Présente lors de ce comité interministériel, la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a également dévoilé des mesures spécifiques. Elle a notamment annoncé que l'avancement des enseignants serait "facilité " pour ceux qui sont passés dans leur carrière dans les quartiers sensibles. Elle a également affiché l'objectif de scolariser, d'ici 2017, 50 % des enfants de moins de trois ans dans les zones d'éducation ultra-prioritaires.