Cet article date de plus de douze ans.

Le député Nouveau Centre annonçait la (sombre) couleur des résultats pour la majorité dès samedi, veille du 1er tour

"Campagne du premier tour des régionales finie. Ce matin, au marché, les gens se ferment. Ils savent ce qu'ils vont voter et ils le cachent", écrivait Jean Dionis du Séjour (candidat en Aquitaine sur la liste UMP de Xavier Darcos) sur son compteTwitter le 13 mars.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Jean Dionis du Sejour (DR)

"Campagne du premier tour des régionales finie. Ce matin, au marché, les gens se ferment. Ils savent ce qu'ils vont voter et ils le cachent", écrivait Jean Dionis du Séjour (candidat en Aquitaine sur la liste UMP de Xavier Darcos) sur son compteTwitter le 13 mars.

Et, un peu plus tôt, toujours sur le site de microblogging: "Journée entière de rendez-vous d'interventions. Epuisant moralement.....J'atterris quant aux difficultés croissantes des familles modestes".

Pour approfondir quelque peu ces constats pessimistes et prophétiques en 140 signes, nous avons joint ce mardi le député de Lot-et-Garonne, en campagne en Aquitaine où la liste de la majorité conduite par Xavier Darcos (22,05% des voix) a été très largement distancée par celle du socialiste Alain Rousset (37,63% des suffrages).

Vous avez écrit : "les gens se ferment. Ils savent ce qu'ils vont voter et ils le cachent". Que vouliez-vous dire ?"
"Quand vous êtes au marché, vous sentez beaucoup de choses, c'est un lieu ouvert, contrairement aux réunions devant des militants. On sent le durcissement de l'électorat du centre et de la droite. Il y a des thèmes très émotionnels, c'est clair. Sur la burqa, des questions comme ça, les gens sont à cran. J'ai senti la crispation. Le calendrier du débat sur l'identité nationale et sa dimension électoraliste ont été catastrophiques. Comme me l'a dit Michel Serre, mon maître en philosophie, il fallait poser la question comme ça : "qu'est-ce qu'appartenir à une communauté nationale ?". Mais il ne faut pas l'éluder. Les tensions sur l'islamisme sont devant nous. Les gens sont totalement excités là-dessus. Il est temps de faire de la pédagogie : islam n'égale pas intégrisme.

Ceci dit, le problème pour l'UMP en Aquitaine vient davantage du score du Modem (10,43%) que celui du Front National (8,27%)
Malgré l'effondrement du Modem, Jean Lassalle (le député qui s'était fait connaître au printemps 2006 par une longue grève de la faim contre le projet de fermeture d'une usine en vallée d'Aspe) a un vrai capital de sympathie ici. On est passé du parti national de François Bayrou, aujourd'hui à 4% des suffrages, au parti local de Jean Lassalle, qui a dépassé les 10% en Aquitaine !

Toujours sur Twitter, vous avez écrit : "J'atterris quant aux difficultés croissantes des familles modestes".
Les difficultés s'amplifient. Une journée par semaine, je fais de l'assistance sociale et j'y tiens. La misère s'accroît : la France qui vit avec 500 euros par mois, ça représente du monde....Tout est plus dur : les problèmes sont moins faciles à résoudre, le filet social se rétrécit.

Je vous cite encore (tweet du 10 mars) : "Réunion atypique dans ma campagne pour les régionales : Open bar avec 40 jeunes d'Agen. L'emploi, thème hyperdominant de leurs questions!"
On fait une réunion sur l'emploi. Bonne surprise : les jeunes viennent, mais ils m'envoient en pleine gueule, "notre problème, c'est l'emploi. Pour la culture, c'est bon, on a Internet, mais l'emploi ? Comment fait-on ? Comment rentre-t-on sur le marché du travail ?" Dans les commentaires, on n'a pas assez dit à quel point le pays est en crise, à quel point la France souffre.

Visiblement, vous n'avez pas été un chaud partisan de la ligne du parti unique, l'UMP, auquel s'est rallié le Nouveau Centre auquel vous appartenez. Le Nouveau Centre n'a pas présenté de listes autonomes à ces élections régionales. Après les élections, vous reposez le problème ?
Dire que je n'en étais pas partisan, c'est un euphémisme ! La question de l'architecture de la majorité est désormais clairement posée. Il y a un bilan et des leçons à tirer dans une perspective de la présidentielle 2012. En 2007, il y avait des réserves de voix Front National et Modem au second tour pour Nicolas Sarkozy. Ce n'est plus le cas.

Et vous annoncerez dès samedi le résultat en Aquitaine sur Twitter ?
Les résultats, je peux vous les donner dès aujourd'hui, même si je ne le ferai pas ! (rire)

-> http://twitter.com/jeandionis

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.