Cet article date de plus de neuf ans.

Le chômage au plus haut depuis 1997

Après avoir stabilisé en décembre dernier, le chômage est reparti à la hausse en janvier. Plus 1,4%. Un chiffre qu'il faut diviser par deux selon le gouvernement à cause de la réforme de la radiation de Pôle Emploi entrée en vigueur le 1er janvier. La France compte aujourd'hui 3.169.300 chômeurs, proche du record de 1997.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (IDÉ)

Le chômage a augmenté en
janvier. Après une stagnation en décembre, le nombre de chômeur de
catégorie A est en hausse et atteint 3.169.300. Cela représente une
augmentation statistique de 1,4%, soit +43.900. Sur un an le chômage augmente
de 10,7%.

Avec ce chiffre, la France est proche de son record historique. En 1997, le pays comptait 3,19 millions demandeurs d'emplois.

En comptant les demandeurs d'emplois
de catégorie B et C (c'est-à-dire qui exercent une activité réduite, courte ou
longue), cela porte le chiffre à 4.680.200.

Le gouvernement explique
cette hausse par " le recul de l'activité fin 2012 dans le prolongement de
la tendance à l'œuvre depuis plus de 20 mois).

Dans le détail

Sur un mois, le chômage de
catégorie A, a augmenté de 1,8% chez les hommes et 1% chez les femmes. Sur un
an, les hommes (+12,4%) sont également plus touchés que les femmes (8,9%).

Chez les jeunes, la variation
sur un mois est de 0,5% (539.100) et 9,6% sur un an.

Enfin, les plus de 50 ans sont plus de 673.000, en augmentation de 1,8% et +16,8%
sur un an.

La hausse de 1,4% serait en
fait 0,7%

La hausse est donc de 1,4%
sur un mois. Mais, selon le gouvernement, cette hausse est statistique car elle
est due à la "réforme des règles de gestions des radiations
administratives".

Désormais, chaque radiation de Pôle
Emploi est effective à la date de notification de la radiation, et non, comme
c'était le cas jusqu'ici, plusieurs semaines plus tôt, (ce qui obligeait à la radioactivité). Conséquence : en
janvier, il y a eu plus de chômeurs. Selon le gouvernement, en l'absence de
réforme il y aurait eu 0,7%.

"On est vraiment dans une situation de dégradation tendancielle du marché du travail avec des niveaux historiques du taux de chômage" (Mathieu Plane, OFCE)

L'économiste de l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) Mathieu Plane, confirme qu'il y a "un effet statistique ", et il estime que les +0,7% sont "corrélés à la situation économique et aux destructions d'emplois qu'on observe depuis plusieurs trimestres ". Il pense que la France va "frôler les 11% de chômage d'ici la fin de l'année ".

L'OFCE a évalué que la France commençait à créer des emplois lorsque sa croissance était supérieure à 1%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.