Le 1er tour est marqué par une abstention de 55,6% et une progression de la gauche. Le FN talonne l'UMP

Selon , le PS totaliserait 24,94% des voix, l'UMP est à 16,97%, le FN à 15,06% .Derrière, figurent le Front de gauche (allié au PC) avec 8,92%, EE-LV avec 8,22%, le nouveau centre avec 3,2% et le Modem avec 1,22%.

P. Laurent (g), M. Aubry (c), C. Duflot lors d\'une conférence de presse à l\'issue du 1er tour des cantonales, à Paris
P. Laurent (g), M. Aubry (c), C. Duflot lors d'une conférence de presse à l'issue du 1er tour des cantonales, à Paris (AFP - François Guillot)

Selon , le PS totaliserait 24,94% des voix, l'UMP est à 16,97%, le FN à 15,06% .

Derrière, figurent le Front de gauche (allié au PC) avec 8,92%, EE-LV avec 8,22%, le nouveau centre avec 3,2% et le Modem avec 1,22%.

Pour les partis, ces élections sont la dernière occasion de mesurer leurs forces avant la présidentielle de 2012 et d'affiner leurs stratégies. D'où les déclarations des principaux leaders. A gauche, l'heure est à la satisfaction et à l'appel à l'unité avant le second tour du 27 mars.

Le FN reste présent dans 394 cantons
Fort de sa percée, le parti de Marine Le Pen reste présent dans 394 cantons. Il se retrouvera en duel, en majorité face au PS (204), mais aussi face à l'UMP (89), au PCF (37) ou d'autres candidats, de gauche ou de droite. Il y aura également 5 triangulaires UMP-PS-FN. Fait notable, aucun quotidien ne faisait lundi matin son principal de titre de Une avec les cantonales , largement éclipsées par l'intervention militaire en Libye.

La presse souligne le "recul historique" et la "déroute" de l'UMP
La presse souligne unanimement un camouflet pour l'UMP à 13 mois de la présidentielle. "L'UMP enregistre un recul historique", selon Le Figaro, alors que France-Soir parle de "déroute" et La Tribune de "sévère avertissement pour le parti de Nicolas Sarkozy". Pour le quotidien communiste L'Humanité, la droite se retrouve "siphonnée par l'extrême droite".

L'UMP met en avant l'abstention et des chiffres regroupant les divers droite

L'UMP, elle, relativise son score de 17% et souligne qu'avec les suffrages des divers droites, la majorité présidentielle totalise près de 32,5% (le ministère de l'Intérieur a d'ailleurs mis en avant ce dernier chiffre). Autre argument mis en avant par le patron du parti Jean-François Copé, le fort taux d'abstention qui ne permet pas de "tirer d'enseignement national".

Appel à une union Gauche-Ecologistes

Martine Aubry, première secrétaire du PS, Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, se sont réunis dès dimanche soir et ont lancé un appel à l'unité lors d'une conférence de presse commune sur une péniche parisienne près de la rue de Solférino.

Un peu plus tôt dans la soirée, la première secrétaire du PS a fait part de sa satisfaction. "Les Français ont mis la gauche, notamment le Parti socialiste, largement en tête un peu partout", a déclaré Mme Aubry. Selon elle, les Français "ont envoyé à la fois le message de l'exaspération qui est la leur à l'égard du gouvernement et leur volonté de changement".

"J'en appelle à tous les Français pour qu'ils amplifient ce message, ce vote, la semaine prochaine, pour que le gouvernement entende ce que nous voulons, c'est à dire plus de justice", et "pour mettre une première pierre pour les changements qui sont censés avoir lieu demain", a ajouté Mme Aubry.

L'ancien premier secrétaire du PS François Hollande s'est montré plus clair: "Au second tour, là où il y a un candidat de l'UMP et un candidat du Front national, s'il n'en reste plus que deux, que les socialistes sont éliminés, il faut faire barrage au Front national et donc voter pour le candidat de l'UMP pour qu'il n'y ait aucun risque d'élection du Front national", a lancé le député de Corrèze.

L'UMP sanctionnée ne donne pas de consigne pour le second tour

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré dimanche qu'il laissait les électeurs du parti majoritaire "libres de leur choix" en cas de duel "gauche/extrême droite" au second tour des élections cantonales, renvoyant dos à dos le vote FN et le "front républicain".

"La seule chose qui est claire pour nous, c'est qu'il n'est pas question de faire alliance avec le Front national parce que nous ne partageons pas du tout les mêmes valeurs que le Front national, qui est beaucoup dans l'imprécation et pas beaucoup dans les propositions réalistes ou crédibles, et qu'il n'est pas question non plus de faire un front républicain avec la gauche alors même que ça ferait croire que la gauche et la droite, c'est pareil".

Le FN se réjouit

Sourire aux lèvres et soulignant que le score du FN devait être analysé non au niveau national mais en tenant compte des cantons où il était présent, la nouvelle chef frontiste s'est félicitée des résultats enregistrés par son parti. "Je crois pouvoir vous annoncer compte tenu des éléments qui me parviennent que nous assistons ce soir à une forte poussée du Front national et à un recul assez lourd de l'UMP".

"Nous allons demander aux électeurs d'amplifier en quelque sorte cette vague qui, je crois, peut mettre à mal la politique qui est appliquée depuis trente ans par l'UMP et le PS et qui a fait énormément de mal à notre économie, à notre système de protection sociale, à la sécurité des Français et à la souveraineté de la France", a poursuivi Marine Le Pen sur LCI.

Quelques figures nationales élues ou réélues dès le premier tour
Bernadette Chirac a été réélue (à une voix près) au premier tour en Corrèze. Sont aussi élus ou réélus le président de l'Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton (PS) dans son fief des Côtes-d'Armor, le patron du Nouveau Centre Hervé Morin (Eure), M. André Vallini (PS - Isère), Eric Ciotti (UMP - Alpes-Maritimes), François Sauvadet (NC - Côte-d'Or), l'actuel garde des Sceaux Michel Mercier (Centre - Rhône), Jean-Michel Baylet (radical de gauche - Tarn-et-Garonne).

Sont en ballotage notamment François Goulard (UMP), Maxime Gremetz (PCF - Somme), Dominique Bussereau (UMP - Charente-Maritime).

Lire aussi :

>> Voir le site spécial de France 3