Cet article date de plus de dix ans.

Laurent Fabius estime que "Bercy a besoin d'un patron"

Interrogé par RTL, le ministre des Affaires étrangères, a critiqué le ministère de l'Economie et son fonctionnement, jugeant qu'il y avait "plusieurs patrons". Une question qui sera "traitée" en cas de remaniement selon lui.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

La mésentente au sein du ministère de l'Economie, notamment entre Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici, continue de faire parler. Après Ségolène Royal lundi, c'est Laurent Fabius. Ce mardi sur RTL , le ministre des Affaires étrangères a critiqué le fonctionnement du ministère et a déploré qu'il y ait "plusieurs patrons " à sa tête. 

"J'ai dirigé Bercy dans le passé et c'est vrai que Bercy a besoin d'un patron. Là vous avez plusieurs patrons" (Laurent Fabius)  

Laurent Fabius, ancien ministre délégué au Budget sous Mitterrand, et ministre de l'Economie dans le gouvernement Jospin de 2000 à 2002, a donné son expertise : "J'ai dirigé Bercy dans le passé et c'est vrai que Bercy a besoin d'un patron. Là vous avez plusieurs patrons et quels que soient la qualité des hommes et des femmes et leur degré d'entente je pense qu'une coordination plus forte serait utile ". Il faisait ainsi écho aux déclarations de Ségolène Royal. La veille, l'ex-candidate à la présidentielle avait estimé qu'il fallait une "restructuration " de Bercy pour mettre fin aux "zizanies ".

Il estime que ce sentiment est "partagé par tout le monde ". Il pense qu'il y aura un remaniement "avant la fin du quinquennat " qui permettra de "traiter cette question ".

"Ce que nous attendons, c'est la pédagogie de l'économie" (Laurence Parisot)

Mardi matin, lors de son point presse mensuel, la présidente du Medef Laurence Parisot n'a pas voulu critiquer les ministres de Bercy/ Pour elle, les rapports entre le gouvernement et le patronat se sont améliorés grâce au crédit d'impôt compétitivité, le gouvernement doit assumer sa position.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.