Cet article date de plus de neuf ans.

Lang attaque Montebourg dans l'affaire du PS du Pas-de-Calais

L'ancien ministre de la Culture et député du Pas-de-Calais va porter plainte contre son camarade Arnaud Montebourg. Il n'apprécie pas du tout les insinuations du député de Saône-et-Loire dans le cadre de cette nouvelle affaire qui touche une grande fédération PS.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nathanael Charbonnier Radio France)

"Je découvre avec dégoût les extraits d'une lettre d'Arnaud Montebourg reproduite par Le Parisien. Je ne suis évidemment ni de près ni de loin lié aux faits rapportés sur le Pas-de-Calais par le député de Saône-et-Loire" : dans un communiqué, Jack Lang parle d'"attaques ignominieuses" "Je ne suis en rien concerné par les diatribes et les appréciations à l'emporte-pièce proférées par Arnaud Montebourg" , insiste-t-il.

Le tacle de Montebourg à Lang  

Dans un courrier à Martine Aubry datant du 21 novembre,  Arnaud Montebourg alerte la première secrétaire du PS sur "un système de corruption" bénéficiant à des élus du parti dans le Pas-de-Calais. Une situation qui nécessite à ses yeux d'écarter plusieurs députés PS sortants des prochaines législatives. Au détour d'une phrase Jack Lang est aussi visé. Arnaud Montebourg laisse entendre que le PS risquerait de prêter le flanc aux "attaques" de Marine Le Pen, élue dans le Pas-de-Calais, si le PS ne dénonce pas ce "système de corruption [...] "dont la présence de Jack Lang dans ce département n'est qu'un des tristes symptômes".

Après le sud de la France, le nord

Après les Bouches-du-Rhône où Arnaud Montebourg a été en pointe pour dénoncer le "système Guérini", le Parti Socialiste est éclaboussé par des affaires occultes dans le Pas-de-Calais, puissante fédération là-aussi.
Martine Aubry a annoncé hier la création d'une commission d'enquête sur le financement et le fonctionnement de la fédération après ces soupçons de corruption. Plusieurs élus sont visés par les accusations d'Arnaud Montebourg : Jean-Pierre Kucheida, député-maire de Liévin et Albert Facon, député à Hénin-Beaumont.

Le Front national en embuscade

Cet après-midi, le secrétaire général du FN Steeve Briois estime que la décision de Martine Aubry de créer une commission d'enquête est "trop tardive" et dénonce l'"hypocrisie" des socialistes sur cette question.
Le Front national est aujourd'hui la deuxième force politique du Pas-de-Calais en nombre de voix, derrière le PS. Lors des dernières cantonales, le parti de Marine Le Pen a recueilli 21,2% des suffrages, sans toutefois faire élire un seul conseiller général.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.