Cet article date de plus de quatre ans.

Postes clés : cacophonie à l'Assemblée

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Postes clés : cacophonie à l'Assemblée
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Ces dernières heures, jeudi 29 juin, ont été très mouvementées à l’Assemblée nationale. Les députés ont élu les questeurs de l’Assemblée et la séance a tourné au pugilat.

La République en marche a-t-elle fait un coup de force mercredi 28 juin à l’Assemblée ? Tout a commencé à 15 heures avec l’élection des trois questeurs, ceux qui tiennent les cordons de la bourse de l’Assemblée. Il s’agit normalement d’une formalité mais, coup de théâtre, Thierry Solère, du groupe des "Constructifs" prêts à travailler avec le gouvernement, a été élu alors que la tradition veut qu’un des trois questeurs soit issu de l’opposition. Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains, est scandalisé.

Séance suspendue 3 heures

Franck Riester, coprésident du groupe "Les Constructifs", se défend : "Il y a eu un vote, trois questeurs ont été élus, où est le déni de démocratie ?". Christian Jacob annonce alors que Les Républicains boycottent le bureau de l’Assemblée. Un coup de théâtre qui entrainera une suspension de la séance durant 3 heures. À 22h30, LREM s’arroge les postes de vice-président de l’Assemblée, mais affirme qu’il s’agit d’un remplacement temporaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.