Montpellier : quatre personnes interpellées pour le cambriolage de la permanence de la députée Patricia Mirallès

Au moins trois des quatre suspects sont des mineurs isolés non-accompagnés.

Article rédigé par
Avec France Bleu Hérault - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Patricia Mirallès, députée de l'Hérault, à Paris, en juin 2017. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Quatre personnes, dont trois mineurs, ont été interpellées dans la permanence de la députée ex-LREM Patricia Mirallès, vendredi 12 juin en pleine nuit, a appris franceinfo auprès d'une source proche du dossier. Elles ont été placées en garde à vue. Selon France Bleu Hérault, elles sont soupçonnées d'avoir cambriolé la permanence.

Vers 3 heures du matin vendredi, des voisins de la permanence ont entendu du bruit et ont alerté la députée et la police. Dans une rue voisine, les agents ont interpellé deux mineurs, qui tiraient une poubelle remplie d'objets volés dans les locaux. Puis deux autres jeunes ont été retrouvés cachés dans le petit jardin de l'immeuble, précise France Bleu Hérault.

"Je suis arrivée là, ça m'a arraché le cœur. Quand vous arrivez, vous voyez que les gens ont pissé partout, tout dégradé, tout sorti", s'est émue l'élue auprès de France Bleu Hérault. Selon elle, ces jeunes ont agi sous l'emprise de l'alcool, ils ont jeté des fichiers par terre et retourné toute la permanence, ont tenté de dérober des ordinateurs, clavier et souris, les imprimantes et de l'encre, mais aussi de la nourriture et de la vaisselle.

Au moins trois des quatre suspects sont des mineurs isolés non-accompagnés. Patricia Mirallès s'est dit "très en colère, parce que ces mineurs isolés arrivent et on les garde dans Montpellier, on les met dans des chambres d'hôtel où ils n'ont rien. Ils ne peuvent pas manger. Vous vous imaginez qu'ils ont volé des assiettes à 50 centimes !"

Patricia Mirallès attaque le département à majorité socialiste : "Le département ne fait pas son boulot. Ces mineurs ne sont pas accompagnés. On ne peut pas dire que ce sont des mineurs isolés accompagnés. Ce n'est pas vrai."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.