La République en Marche : 100 "marcheurs" vers la sortie

Une centaine de "marcheurs" a décidé de claquer la porte de la République en Marche, dénonçant le manque de démocratie dans l'élection de Christophe Castaner à la tête du parti, samedi prochain, 18 novembre.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il nous a donné rendez-vous à Angers (Maine-et-Loire), ce mardi 14 novembre, à quelques kilomètres de la commune dont il est élu municipal. Emmanuel Drouin fait du collectif des 100 démocrates qui doit démissionner vendredi 17 novembre de la République en Marche. Dans une longue tribune, ces frondeurs dénoncent notamment un manque de liberté d'opinion et d'expression au sein du mouvement.

"C'est une parodie de démocratie"

Dans le viseur, Christophe Castaner. Samedi 18 novembre, ce proche d'Emmanuel Macron recevra les clés du mouvement. Il ne sera pas choisi par les 380 000 adhérents de La République en Marche, mais par un collège d'élus, de ministres et seulement par 200 militants tirés au sort. "C'est une parodie de démocratie", estime Emmanuel Drouin, conseiller municipal LREM de Segré. Dans les couloirs de l'Assemblée nationale, la majorité tente de minimiser ce départ collectif.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une centaine d\'adhérents, d\'élus, d\'animateurs de comités locaux et de référents dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche. 
Une centaine d'adhérents, d'élus, d'animateurs de comités locaux et de référents dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche.  (MAXPPP)