Cet article date de plus de trois ans.

Gironde : un député LREM porte plainte après la découverte de tags injurieux sur sa permanence parlementaire

Le député estime que ces dégradations sur sa permanence parlementaire à Libourne sont liées à ses activités parlementaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La façade de la permanence du député LREM, Florent Boudié, à Libourne (Gironde), le 31 décembre 2018. (MÉLANIE LAMOUROUX)

Le député LREM Florent Boudié a porté plainte, lundi 31 décembre, pour "dégradation d’un bien d’utilité publique" et "provocation à la haine", après les tags inscrits sur sa permanence parlementaire à Libourne (Gironde), indique France Bleu Gironde. Ces tags, réalisés dans la nuit de dimanche à lundi, ont été inscrits sur la façade du bâtiment situé cours Tourny, dans le centre. Ce sont les gendarmes qui les ont découverts lundi matin.

Pour l’élu, Florent Boudié, la responsabilité incombe "vraisemblablement" à "la mouvance identitaire, anti-musulmans et anti-migrants, dans une circonscription où le Rassemblement national avait obtenu plus de 40% des voix au second tour de l’élection législative de juin 2017". Florent Boudié ajoute que pour lui, il s’agit de "militants désinhibés qui se vivent comme la pointe avancée, brutale et violente de l’extrême-droite nationaliste et xénophobe".

Le député estime que ces dégradations sont liées à ses activités parlementaires. Depuis plusieurs mois, il fait partie d’un groupe de travail à l’Assemblée nationale sur la laïcité et plus particulièrement sur une nouvelle organisation de l’islam de France et sur la rétention des enfants étrangers en situation irrégulière. Ces travaux permettront par la suite de nourrir le projet de loi pour encadrer notamment le financement du culte musulman en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche - LREM

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.