Gouvernement : la nouvelle ministre de l'Écologie Élisabeth Borne s'occupera aussi des Transports

Élisabeth Borne prend la tête du ministère de l'Écologie, après François de Rugy, mais conserve son portefeuille des Transports.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À peine nommée, et avant la passation de pouvoirs, Élisabeth Borne vient de participer au conseil des ministres du mercredi 17 juillet avec sa nouvelle casquette de ministre de l'Écologie qu'elle cumule avec son portefeuille des Transports. Jeff Wittenberg était en direct de l'Élysée, mercredi, et évoque les dossiers qui attendent Élisabeth Borne. "Dès maintenant, elle a du pain sur la planche, puisqu'il y avait une loi, le projet de loi énergie-climat qui est en discussion devant le Sénat. C'est François de Rugy qui le portait jusque-là eh bien, Élisabeth Borne va lui succéder à cette tâche. À la rentrée, il y a une loi sur le gaspillage alimentaire, sur la lutte contre les emballages plastiques qui doit arriver devant le Parlement", explique le journaliste.

Un choix cohérent pour l'Élysée

La nomination d'Élisabeth Borne et sa double casquette inquiète à gauche comme à droite. "Ce qu'on nous explique ici c'est que finalement c'est assez cohérent d'avoir choisi la ministre des Transports parce que les transports, dit-on, c'est la clé, c'est le nerf de la guerre, de la lutte contre le réchauffement climatique et d'ailleurs Élisabeth Borne portait déjà une loi sur les mobilités qui est à vocation environnementale. Cohérence, donc, veut-on croire ici entre l'ancien et la nouvelle ministre", rapporte Jeff Wittenberg. La passation de pouvoir a eu lieu dans l'après-midi du 17 juillet, au siège du ministère de la Transition écologique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Elisabeth Borne, alors ministre des Transports, le 28 mai 2019, à l\'Assemblée nationale.
Elisabeth Borne, alors ministre des Transports, le 28 mai 2019, à l'Assemblée nationale. (JACQUES DEMARTHON / AFP)