Cet article date de plus d'un an.

Aurélien Taché (LREM) : "Tout ce qui peut rétrécir notre famille politique n'est pas le bienvenu"

Publié
Durée de la vidéo : 8 min.
Aurélien Taché : "Tout ce qui peut rétrécir notre famille politique n'est pas le bienvenu"
Article rédigé par
France Télévisions

Aurélien Taché, député LREM du Val-d'Oise, est l'invité des "4 Vérités" mardi 28 janvier.

Sur la question des municipales, la macronie se déchire. Plusieurs candidatures dissidentes face aux listes officielles de La République en marche (LREM) ont fleuri. La candidature de Cédric Villani à Paris face à Benjamin Griveaux fait couler beaucoup d’encre. Le mathématicien est en passe d'être exclu du mouvement présidentiel. "Je ne suis jamais partisan de l'exclusion", commente Aurélien Taché, député du Val-d’Oise.

Le député préfère rappeler qu'initialement fondée comme un mouvement, La République en marche avait "vocation à rassembler le plus possible". Il redoute un affaiblissement de la majorité à l'Assemblée nationale. "Tout ce qui peut rétrécir notre famille politique n'est pas le bienvenu. On a des réformes compliquées à faire passer, on a un certain nombre de sujets difficiles sur lesquels on va travailler", analyse Aurélien Taché.

Nostalgie des débuts

Aurélien Taché regrette l'optique d'une exclusion et rappelle que LREM est "un mouvement jeune, qui a le temps de mûrir, de maturer ses procédures". Le macroniste l'assume : "On n'est pas encore un parti comme les autres, c'est aussi ce qui a fait notre force". Une façon de dire qu'il souhaite renouer avec l'esprit d'ouverture de la campagne présidentielle de 2017, qui avait agrégé la société civile aux militants plus politiques. "On n'avait pas travaillé suffisamment sur la construction d'une idéologie (...) J'aurais préféré qu'on garde la forme mouvement", conclut-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.