Cet article date de plus de sept ans.

La réforme des rythmes scolaires peu présente dans la campagne

L'UMP avait prévenu à la rentrée que la réforme des rythmes scolaires serait l'un des thèmes majeurs de la campagne des municipales. Pourtant, à moins de deux mois des élections, le sujet n'est quasiment pas abordé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Michel Clementz Maxppp)

C'était l'un des sujets du triptyque mis en avant pour les prochaines municipales par l'UMP : fiscalité, sécurité et rythmes scolaires. Si les deux premiers thèmes sont toujours au coeur de la campagne, cela est moins vrai pour le dernier.

Même si la question refait timidement surface, comme ce week-end, où quelques centaines de manifestants ont répondu à l'appel des "gilets jaunes", un collectif de parents d'élèves. Dimanche, Jean-François Copé, le président de l'UMP,  en a profité pour réagir. Selon lui, si la majorité est sanctionnée aux municipales, la réforme devrait être arrêtée.

L'exemple de Saint-Maur

France Info a voulu voir, sur le terrain, si le sujet était abordé par les candidats. Nous nous sommes rendus à Saint-Maur-des-Fossés en région parisienne. Avec 75.000 habitants dans le Val-de-Marne, c'est la 13e ville de France en matière d'ISF, l'impôt sur la fortune. Saint-Maur compte 6% de logements sociaux seulement. C'est une commune riche, et son maire, l'UDI Henri Plagnol, est vent debout contre la réforme. Le sujet est abordé sur les marchés.

Candidat à sa succession, il est l'un des maires de droite à avoir signé une pétition appelant au boycott pur et simple de la réforme qui doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine dans sa commune. Et comme Jean-François Copé, il espère que les municipales donneront le coup d'arrêt de la semaine de quatre jours et demi.

"Si les élections sont très défavorables à la gauche et au gouvernement, un nouveau ministre pourrait doucement enterrer cette réforme, en la rendant facultative par exemple ", explique l'édile.

 

L'opposition dénonce une position politicienne. Elisabeth Bouffard-Savary, tête d'une liste PS-Europe Ecologie, parle d'une "tradition locale qui veut protéger de tout ce qui vient de l'extérieur de la ville ". En s'opposant à la réforme des rythmes scolaires, "la droite, qui est complètement éclatée, joue la surenchère. C'est à qui est le plus contre le gouvernement Hollande ", précise la candidate.

 

Et, dans les faits, Henri Plagnol a d'ailleurs lancé une consultation dont les résultats devraient être connus cette semaine. Les cours doivent-ils avoir lieu le mercredi matin ou le samedi matin, quels sont les activités périscolaires que souhaiteraient mettre en place les habitants ? 

Le scénario d'une réforme pourtant rejetée par le conseil municipal est bel et bien en train de s'écrire à Saint-Maur, comme partout en France. D'après le Ministère de l'Education nationale, un peu moins de 6% des communes refusent de mettre en place la réforme pour la prochaine rentrée scolaire.

Tous les candidats déclarés :

Henri Plagnol (maire sortant) SE
• Elisabeth Bouffard-Savary MRC PRG EELV PS
• Sylvain Berrios UMP
• Jacques Leroy SE
• Mecit Arslan SE
• Nicolas Clodong DVD
• Pascale Luciani-Boyer LRC
• Guy Deloche FDG.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.