Cet article date de plus d'onze ans.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a annoncé qu'elle allait opérer une réorganisation du parti

Marine Le Pen a annoncé mardi 19 juin qu'elle allait opérer une réorganisation du Front national pour le rendre "le plus performant possible". Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen devrait ainsi faire son entrée au bureau politique du parti.
Article rédigé par Natalia Gallois
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Marine Le Pen lors de la conférence de presse qui s'est tenue à Nanterre mardi 19 juin (BERTRAND GUAY / AFP)

Marine Le Pen a annoncé mardi 19 juin qu'elle allait opérer une réorganisation du Front national pour le rendre "le plus performant possible". Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen devrait ainsi faire son entrée au bureau politique du parti.

Marine Le Pen a annoncé qu'elle allait réorganiser le Front national lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Nanterre à l'issue du bureau politique mardi 19 juin. Objectif : le rendre "le plus performant possible" et "intégrer ceux qui ont montré leur plus-value" pendant les campagnes de l'élection présidentielle et des élections législatives.

Celle-ci pourrait avoir lieu après les universités d'été du FN, à la rentrée de septembre.

Marion Maréchal-Le Pen au bureau politique

Parmi les "talents" à intégrer, Florian Philippot. Le porte-parole du Front national pour la campagne des législatives devrait se voir "confier des responsabilités".

Marion Maréchal-Le Pen, fraîchement élue députée à 22 ans dans la 3e circonscription du Vaucluse, fera elle son entrée au bureau politique du FN. "Les relations entre le mouvement et ses députés doivent être les plus proches possibles et les plus efficaces", a déclaré Mme Le Pen.

Gilbert Collard ne prendra pas sa carte au FN

Elle a affirmé avoir "suggéré" à Gilbert Collard, élu sous les couleurs du "Rassemblement bleu marine" dans la 2e circonscription du Gard dimanche, d'intégrer le parti. "Ca ne serait pas illégitime puisqu'il va être amené à défendre nos idées à l'Assemblée", a-t-elle ajouté.

Jean-Marie Le Pen a lui confié : "Gilbert Collard est un roublard, quelqu'un avec qui on n'a pas forcément envie d'être indulgent. On peut avoir de la considération pour lui et pas de la sympathie."

Invité sur RTL le soir même, l'avocat médiatique a de son côté déclaré qu'il ne comptait pas adhérer au parti. "Pour l'instant, je reste dans le Rassemblement bleu marine, on ne m'a pas demandé de prendre ma carte et je n'ai pas demandé de la prendre", a-t-il affirmé.

Et de préciser les objectifs de son mouvement : "Le rassemblement regroupe des gens qui viennent d'un peu partout, des gaullistes, des chevènementistes, des souverainistes, et il a pour mission de réunir des gens qui se trouvent dans une idée de la Nation, dans une idée de la défense de la patrie tel que le programme de Marine Le Pen le définit sans pour autant être adhérent au Front National c'est-à-dire sans pour autant entrer dans la structure politique du front".

Par ailleurs, M. Collard a toujours affirmé être opposé à la peine de mort et favorable à l'avortement, deux points de divergence avec Mme Le Pen.

Un changement de nom ?

Interrogée sur un éventuel changement de nom du parti, Marine Le Pen a répondu que cette question n'était pas d'actualité. "Ca aurait peut-être été le cas si nous avions obtenu un groupe de députés à l'Assemblée. Mais c'est une discussion que nous aurons", a-t-elle précisé.

Jean-Marie Le Pen y est lui opposé : "Il n'y a que les maisons en faillite qui changent de nom". "Je défendrai le maintien d'un nom très honorable dont j'ai été le fondateur et que j'ai piloté pendant 40 ans", a-t-il ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.