La police de sécurité sera mise en place "dès la fin de l'année", annonce le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb

Le ministre n'a pas donné de précisions quant aux effectifs qui seront dévolus à cette police et au budget alloué.

Le ministre de l\'Intérieur, Gérard Collomb, à l\'Elysée, à Paris, le 28 juillet 2017.
Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, à l'Elysée, à Paris, le 28 juillet 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)

La "police de la sécurité du quotidien", police de proximité promise par Emmanuel Macron, commencera à être mise en place "dès la fin de l'année", annonce le ministre de l'Intérieur dans un entretien au Figaro, mercredi 16 août. Gérard Collomb n'a pas donné de précisions quant aux effectifs qui lui seront dévolus et au budget alloué.

Symbole de la politique sécuritaire de Lionel Jospin, la police de proximité avait été enterrée sous la présidence de Nicolas Sarkozy. La création d'une "police de sécurité quotidienne" était une promesse du candidat Macron, qui voulait ainsi "construire avec les élus de terrain, avec la population et l'ensemble des acteurs les solutions de sécurité".

"Rationaliser l'organisation de certains services"

Gérard Collomb a également évoqué "l'engagement de réformes structurelles"  pour "rationaliser l'organisation de certains services sans nuire à l'efficacité du système (...), par exemple entre police et gendarmerie nationales en matière de police technique et scientifique". "Dans les commissariats, les policiers se plaignent à raison d'être trop absorbés par les tâches administratives, a ajouté le ministre de l'Intérieur. Nous allons accroître le recours au personnel administratif de manière à permettre aux fonctionnaires de police, formés pour cela, d'être à nouveau plus présents sur le terrain."