Le gouvernement va "porter plainte" contre Jean-Luc Mélenchon pour sa référence au nazi Adolf Eichmann

La ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé dimanche une plainte contre l'ancien candidat insoumis à la présidentielle, qui a dressé un parallèle entre le président de l'université de Lille et cette figure du nazisme.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting dans une rue de Lille (Nord), le 18 avril 2024. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

La ministre de l'Enseignement supérieur Sylvie Retailleau a annoncé, dimanche 27 avril sur BFMTV, une plainte contre Jean-Luc Mélenchon, après que le leader de LFI a dressé un parallèle entre le président de l'université de Lille et le nazi Adolf Eichmann. "Mon ministère va porter plainte pour injure publique devant un agent public", a-t-elle déclaré.

L'ex-candidat à la présidentielle avait évoqué le criminel de guerre nazi le 18 avril lors d'un meeting à Lille (Nord), organisé en pleine rue après deux refus de salles par le préfet et le président de l'université. "'Moi, je n'ai rien fait' disait Eichmann. 'Je n'ai fait qu'obéir à la loi telle qu'elle était dans mon pays'. Alors ils disent qu'il obéissent à la loi et ils mettent en œuvre des mesures immorales qui ne sont justifiées par rien ni personne", avait-il déclaré.

"La majorité des débats, des conférences sont tenus dans nos universités où les présidents sont là pour assurer la sécurité de tous", a ajouté la ministre. "Pourquoi la conférence a été annulée à l'université de Lille, après l'avoir permise, parce que il y avait aussi des manifestations qui allaient se passer et que le président [de l'université] a eu l'information qu'il y avait un risque à l'ordre public", selon Sylvie Retailleau.

Son ministère a précisé à l'AFP que "19 conférences LFI s'[étaient] tenues depuis le début de l'année dans les établissements d'enseignement supérieur français sous tutelle du ministère" et que "trois [avient] été annulées pour risque de troubles à l'ordre public, trois non autorisées pour les mêmes raisons ou pour non-respect du cadre interne à l'université".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.