La femme du jour. Anne Hidalgo, une battante et une gagnante, pour le moment

Chaque jour, Nathalie Bourrus raconte une femme. Un portrait, mais surtout une rencontre. Aujourd'hui, Anne Hidalgo, maire de Paris.

La maire de Paris Anne Hidalgo dans son bureau en septembre 2018.
La maire de Paris Anne Hidalgo dans son bureau en septembre 2018. (NATHALIE BOURRUS / RADIO FRANCE)

Nom : Hidalgo. Prénom : Anne. Âge: 59 ans. Métier, maire de Paris. Pourquoi elle ? Parce que son livre, qui s’intitule Respirer, sort mercredi 26 septembre.

La femme du jour : Anne Hidalgo
--'--
--'--

Qui est cette femme ? Une battante, et une gagnante pour le moment. Elle a pris la mairie de Paris en 2014, et s’arrache la tête en ce moment pour la conserver en 2020. Elle s’arrache les cheveux, mais à sa manière. Le style altier, la chevelure bien brune… Il y a de la fierté chez Anne Hidalgo. C’est une Espagnole (elle a la double nationalité).

Nathalie Bourrus : Waouh ! Quel bureau. C’est immense !

Anne Hidalgo : Oui, c’est très beau, c’est une chance d’avoir cet espace de 170 mètres carrés.

         [Je m’en étrangle presque. Les arbres dansent tranquillement derrière de                 larges vitres, le soleil vient lécher des œuvres d’art contemporain.]

Je comprends que vous n’ayez pas très envie de quitter les lieux.

         [Je m’approche de son bureau. Sur une chaise : un casque.]

C’est Jean Todt qui me l’avait offert, c’est un casque de formule 1. 

        [Je me dis qu’elle va en avoir besoin, d’un casque, avec ses jeunes concurrents qui toquent à la porte de l’Hôtel de ville. À côté : des photos. Tiens, Bruno Julliard, son premier adjoint, celui qui vient de la plaquer.] 

Anne Hidalgo : Ah, c’était les beaux jours.

C’est un coup dur, ça faisait 10 ans que vous travailliez ensemble.

En effet, c’est un coup dur. Je l’ai marié l’an dernier, je connais toute sa famille. Mais j’ai tourné la page.

Déjà ? Ça date de huit jours !

En général, je dégage ce qui est toxique.

         [Un ton serein, toujours. Mais à l’intérieur, ça bout. La fougue espagnole n’est jamais bien loin. Tout comme lorsque j’aborde les questions qui fâchent. Le pari de son Paris à vélo, ou encore le pari fou des voies sur berges qui respirent.]

Oui, on a besoin de respirer dans Paris [C'est le titre de son livre]. Il faut absolument que les gens puissent y vivre, circuler, et se loger. Il ne faut pas qu’ils fuient. Et il faut avoir du courage pour cela. Etre maire de Paris, c’est décider chaque jour. Et décider, c’est être seule, il faut pouvoir assumer cela. 

         [Un mot pour la définir ? Endurante. On sent la femme qui sait que la route sera rude et longue jusqu’à 2020. Mais on sent bien que face aux poulains de la Macronie (dont elle ne commente même pas l’existence), elle ne lâchera rien.]


Nathalie Bourrus, grand reporter depuis 20 ans à franceinfo, raconte avec sa plume aiguisée et sa voix chaude les tops et les flops, les rires et les larmes d’une femme. Un portrait, mais surtout une rencontre, du lundi au vendredi à 16h56 et 21h51.