La carte des circonscriptions où le FN sera présent au second tour

Le Front national s'est qualifié dimanche au second tour des élections législatives dans 61 circonscriptions sur 577 : 32 dans le cadre de triangulaires et 29 dans le cadre de duels. FranceTV 2012 fait le point avec une carte.

Législatives : Où sera le FN au second tour ?
Législatives : Où sera le FN au second tour ? (DR)

Le Front national s'est qualifié dimanche au second tour des élections législatives dans 61 circonscriptions sur 577 : 32 dans le cadre de triangulaires et 29 dans le cadre de duels. FranceTV 2012 fait le point avec une carte.

13,6% des voix, 3 528 388 suffrages. C'est le score des candidats du Rassemblement bleu marine dimanche 10 juin. Des candidats qui se sont qualifiés pour le second tour dans 61 circonscriptions, soit 32 triangulaires (en vert) et 29 duels (en bleu), 20 contre la gauche, 9 contre l'UMP.

La carte montre que ceux-ci sont concentrés dans le nord, l'est et le sud-est du pays.

Mardi 12 juin, le numéro 2 du Front national, Louis Aliot, a toutefois annoncé que l'un des candidats du FN avait décidé de se désister dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, où la socialiste Toussainte Calabrese était bien placée face au député UMP sortant Fernand Siré. Une circonscription marquée en rouge sur la carte.

Des chances de gagner dans six circonscriptions

Les candidats du FN, dont la présidente du parti, semblent bien placés dans 6 circonscriptions.

Dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Marine Le Pen (42,36%) affronte le socialiste Philippe Kemel (23,5%) après l'élimination de Jean-Luc Mélenchon (21,48%) dimanche.

Dans la 3e circonscription du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, la nièce de Mme Le Pen est en tête (34,26%) devant Jean-Michel Ferrand, le député sortant (30,03%) et la socialiste Catherine Arkilovitch (21,98 %). Cette dernière a décidé de maintenir sa candidature malgré les consignes du PS lui demandant de se retirer pour faire battre le FN.

Dans la 2e circonscription du Gard, Gilbert Collard (34,57 %) devance ses adversaires : la socialiste Katy Guyot (32,87 %), et l'UMP Etienne Mourrut (23,89 %). Après quelques hésitations, le député sortant et maire du Grau-du-Roi a décidé de maintenir sa candidature.

Dans la 6e circonscription de Moselle, Florian Philippot (26,34%) fera face dans un duel au candidat PS Laurent Kalinowski (37,45%). Le porte-parole du Rassemblement bleu marine espère bénéficier du report des voix du candidat UMP Pierre Lang, qui n'a pas pu se maintenir malgré ses 25,02% (11,78% des inscrits seulement).

Dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, la candidate FN Valérie Laupies (28,98%) va pouvoir tirer profit du désistement de l'UMP Roland Chassain, maire des Saintes-Marie-de-la-Mer (22,62%) en sa faveur, au détriment du socialiste Michel Vauzelle (38,4%).

Dans la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône (Marseille), le frontiste Stéphane Ravier se retrouve au coude-à-coude (29,87 %) avec l'ancienne PS Sylvie Andrieux (29,80 %), qui pourrait pâtir de l'affaire de détournement de fonds publics pour clientélisme, dans laquelle elle est mise en cause. M. Ravier pourrait également bénéficier du report des voix du candidat UMP (20,21%) qui n'a pas pu se qualifier pour le second tour.

A noter : dans la 4e circonscription du Vaucluse, l'ancien FN Jacques Bompard, président de la Ligue du Sud, est en deuxième position (23,51 %), derrière le candidat PS Pierre Meffre (25,16%). Après avoir été élu député FN à l'Assemblée en 1986, le maire d'Orange pourrait tirer profit d'un report des voix de la candidate UMP Bénédicte Martin (20,45 %).