Cet article date de plus de neuf ans.

La campagne présidentielle sur la Toile : Jean-Luc Mélenchon, personnage principal d'une Web-série

Alors que Jean-Luc Mélenchon peine à faire la différence dans la course présidentielle, le Front de gauche (FG) a lancé cette semaine sa campagne Web. Un site Internet, une application mobile et une Web-série. Le tribun parviendra-t-il à décoller ?
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Page d'accueil du site "Place au peuple !" (DR)

Alors que Jean-Luc Mélenchon peine à faire la différence dans la course présidentielle, le Front de gauche (FG) a lancé cette semaine sa campagne Web. Un site Internet, une application mobile et une Web-série. Le tribun parviendra-t-il à décoller ?

Jean-Luc Mélenchon parviendra-t-il à faire la différence ? Le Front de gauche (FG) a présenté lundi son dispositif de campagne Web au siège du parti, aux Lilas (Seine-Saint-Denis). Il s'appuie sur le site Internet "Place au peuple !", une application mobile et une Web-série.

Après un passage à l'émission "Des paroles et des actes" jeudi soir sur France 2, le candidat du Front de gauche sera l'invité du magazine politique de France 3, "12/13 dimanche", le 20 novembre à 12h 10.

Le programme est chargé pour Jean-Luc Mélenchon. Il faut dire que le député européen peine à décoller dans les sondages, avec seulement 5% d'intentions de vote au premier tour, selon un sondage CSA publié jeudi.

Des révolu-nautes ?

"Pour nous, Internet n'est pas seulement un outil d'une campagne présidentielle, mais aussi un outil privilégié qu'utilisent les peuples quand ils souhaitent s'organiser pour changer de système", déclare Arnaud Champremier-Trigano, directeur de la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Avec un budget de 100 000 euros, Arnaud Champremier-Trigano travaille avec cinq salariés, auxquels s'ajoutent une soixantaine de contributeurs sur le site Internet. Celui-ci comporte une "partie informative" (de l'agrégation de contenus éditorialisés) et une "partie plus organisationnelle" (outils, argumentaires, appels à participations...).

Quant à l'application mobile, elle devrait sortir le mois prochain. "Les révolu-nautes vont pouvoir entrer dans la campagne de manière ludique, avec des jeux comme ‘Les grandes rues de la Fortune' ou encore le ‘Chamboule-tout' des personnalités influentes du FMI et de la BCE", promet le directeur de campagne.

Habitué aux Web-séries

Mais surtout, le FG s'apprête à lancer une Web-série, dont les deux premiers épisodes ont été présentés à la presse, et qui sera diffusée à partir du 21 novembre sur le site à un rythme hebdomadaire.

Le candidat du FG a découvert en même temps que la presse le contenu des vidéos. Seul un teaser est disponible sur le site pour l'instant. Quinze personnes ont travaillé sur le premier épisode de la série, rapporte Arnaud Champremier-Trigano.

 

Montage saccadé, musique tendance, ralenti sur les discours du candidat. Aux accents gaullo-mitterrandiens ! La Web-série devrait "montrer les coulisses de la campagne", explique Alexis Corbière, qui contribue à "Place au peuple !", en tant que membre du bureau national du Parti de gauche et premier adjoint au maire du 12e arrondissement de Paris.

L'idée d'une Web-série est venue en 2008 lorsqu'Arnaud Champremier-Trigano, alors aux manettes du site d'informations Télé Toc, a voulu produire quatre films courts sur Internet autour de Jean-Luc Mélenchon. Une production aux allures de télé réalité.

 

"Une parole qui nous échappe"

"L'idée était de suivre Jean-Luc Mélenchon se balader dans le congrès de Reims en 2008, alors qu'il allait peut-être quitter le PS", raconte Arnaud Champremier-Trigano. L'exercice n'est donc pas nouveau pour le candidat du FG qui peut compter sur la série pour toucher un public plus jeune et moins politisé.

"C'est une parole qui nous échappe, précise le directeur de campagne. Jean-Luc Mélenchon ne joue pas la comédie : essayez de préparer quelque chose avec lui ! Heureusement pour lui comme pour nous, il ne passe pas sa journée à faire des discours : M. Mélenchon n'est pas seulement un tribun."

A la fin de la présentation, le candidat-tribun a félicité ses équipes pour leur travail. "Les grosses machines, qui comme d'habitude ont des méthodes un peu rigides, reproduisent sur la Toile la verticalité du haut vers le bas qui est à mon avis aujourd'hui complètement dépassée", a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.