Cet article date de plus de dix ans.

L'élection de Bernadette Chirac a été demandée par le rapporteur public du tribunal administratif de Limoges

Et ce, pour vice de forme, a annoncé un correspondant de l'AFP.L'épouse de l'ancien chef de l'Etat Jacques Chirac, âgée de 77 ans, avait été réélue en mars dernier conseillère générale au premier tour des cantonales avec une seule voix d'avance.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bernadette Chirac arrivant à un défilé de mode Dior ( groupe LVMH) 6 juillet 2009 (AFP/EMILIEN CANCET)

Et ce, pour vice de forme, a annoncé un correspondant de l'AFP.

L'épouse de l'ancien chef de l'Etat Jacques Chirac, âgée de 77 ans, avait été réélue en mars dernier conseillère générale au premier tour des cantonales avec une seule voix d'avance.

Elle avait alors décroché un sixième mandat consécutif dans son canton de Corrèze en recueillant 1.114 suffrages, soit 50,04 % des suffrages exprimés (2.226).

Le socialiste François Barbazange, maire de la commune de Corrèze, avait totalisé 1.004 voix (45,10%), la candidate Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Murriel Padovani-Lorioux, recueillant 108 voix (4,85%). Ce résultat est contesté par trois électeurs corréziens qui ont déposé chacun un recours devant le tribunal administratif de Limoges.

Durant le scrutin, deux litiges avaient en effet été consignés sur des procès-verbaux: à Meyrignac-L'Eglise, 49 enveloppes avaient été comptabilisées quand seulement 48 personnes avaient émargé les feuilles dédiées tandis qu'à Eyrein, une ressortissante polonaise avait voté avant que les responsables du bureau ne réalisent qu'elle ne pouvait pas participer à un scrutin cantonal.

Les trois recours ne sont pas suspensifs et Bernadette Chirac , élue sans interruption depuis mars 1979, a pu donc siéger au conseil général de Corrèze. Les juges disposent de trois mois pour rendre leur décision susceptible d'appel devant le Conseil d'Etat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.