L'adieu solennel à Stéphane Hessel, "cet homme libre"

Cérémonie nationale ce jeudi matin aux Invalides pour rendre hommage à Stéphane Hessel, mort la semaine dernière à 95 ans. Dans son éloge funèbre, François Hollande a salué "une conscience, un grand Français, un Juste". Les honneurs militaires ont également été rendus à l'ancien résistant. L'auteur de "Indignez-vous !" va désormais être inhumé au cimetière Montparnasse.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Au son de la marche funèbre, le cercueil drapé des couleurs
tricolores a été déposé en fin de matinée sur les pavés de la cour d'honneur des
Invalides. Cérémonie d'hommage national ce jeudi à Stéphane Hessel mort il y a
dix jours
à 95 ans. Sa famille, des anciens combattants, de nombreux ministres et le chef de l'Etat sont venus rendre hommage à l'ancien résistant déporté, au diplomate et à l'auteur
de Indignez-vous .

"Un séducteur de la juste cause "

 François Hollande a salué la mémoire d'un homme "qui fut une conscience, un grand Français, un Juste ". Pour le chef de
l'Etat, Stéphane Hessel était aussi "un homme libre, libre de ses choix,
libre de ses engagements, libre de sa parole, libre de sa vie
" qui
laissera "le témoignage précieux qu'une vie, une simple vie, peut être
utile par les actes accomplis, par les mots prononcés, par les traces laissées.
Cette leçon de vie ne s'efface pas avec la disparition de Stéphane Hessel
"
et elle doit continuer "d'inspirer la jeunesse ".  

François Hollande voit également dans la vie de
l'ancien résistant, ce "séducteur de la juste cause ", un exemple qu'aucun
"défi n'est insurmontable, aucun objectif n'est inaccessible dès lors
qu'il y a une conscience, une volonté, une force
".

"la passion de la justice à l'émerveillement poétique "

Un peu plus tôt, le chef de l'Etat est venu embrasser la
veuve de Stéphane Hessel après avoir passé les troupes en revue. C'est pour
elle que l'actrice Carole Bouquet a lu un poème de Guillaume Apollinaire, La
jolie rousse
. C'était l'un des textes préférés de Stéphane Hessel, qui alliait
"la passion de la justice à l'émerveillement poétique ", d'après Jean-
Louis Crémieux-Brilhac.

L'ancien résistant et historien de 96 ans s'est
également souvenu "du jeune officier charmeur " qu'il avait rencontré
en 1942 à Londres, et avec lequel il noua "une fraternité de 70 ans ".
De cette amitié, il retient notamment "la respectueuse irrévérence (...)
d'un jeune nonagénaire qui a dit non pour rejeter le règne délétère de l'argent
roi
".

À lire également 

> PORTRAIT | Stéphane Hessel, résistant, engagé et indigné

>  Hommages unanimes à la mémoire de Stéphane Hessel

>  VIDEO | Stéphane Hessel par lui-même, entretien accordé à France Info en janvier 2013

>  Il y a un an, Stéphane Hessel se confiait à Philippe Vandel

> Après la mort de Stéphane Hessel, les Indignés orphelins