Cet article date de plus de huit ans.

L'UMP en colère contre les propos de Jouanno sur "la droitisation" du parti

Dans une interview au "Point", l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a appelé à voter PS plutôt que FN en cas de duel aux législatives, avant d'être rappelée à l'ordre par le parti présidentiel. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre, François Fillon, et Chantal Jouanno, alors ministre des Sports, le 13 avril 2011 à l'Elysée, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Voter PS plutôt que FN en cas de duel entre les deux partis aux législatives ? Cette hypothèse formulée par la sénatrice UMP Chantal Jouanno dans une interview au Point et à Public Sénat a fait bondir, mardi 24 avril, dans les rangs de la majorité, archisoudés à l'approche du deuxième tour de la présidentielle. L'ancienne ministre des Sports, dont le soutien nuancé à Nicolas Sarkozy agace certains membres de l'UMP, a dénoncé la "droitisation" de son parti. 

"Le FN [n'a] pas les bonnes réponses", affirme Jouanno

"Les solutions radicales proposées par le FN ne sont pas les bonnes réponses", a expliqué l'ancienne secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie dans Le Point, avant de viser le secrétaire général de l'UMP. "J'ai écouté Jean-François Copé [lundi] matin. Certes, les questions d'immigration, de laïcité, de sécurité sont importantes, mais il ne s'agit pas des seuls fondamentaux de la droite traditionnelle !"

Si la sénatrice UMP de Paris continue d'affirmer son soutien à Nicolas Sarkozy, elle n'hésite pas à pointer du doigt les déclarations et prises de position qui ciblent ouvertement les électeurs du Front national. Et ce alors que le président candidat doit séduire l'électorat de Marine Le Pen pour espérer l'emporter face à François Hollande le 6 mai. 

"Je regrette que certains membres de l'UMP aient légitimé le parti de Marine Le Pen en tenant parfois les mêmes discours qu'elle, notamment sur la question du halal ou de l'islamisation de la société, a déploré Chantal Jouanno. Ce ne sont pas mes valeurs."

Des propos "contre-productifs" et "scandaleux", selon l'UMP

"Irresponsable". L'homme d'affaires Charles Beigbeder, candidat UMP aux législatives dans les 12e et 20e arrondissements de Paris, n'a pas mâché ses mots mardi à l'égard de la sénatrice, possible rivale à droite en 2014 pour la mairie du 12e. Il l'a même invitée, "elle qui doit tout à M. Sarkozy", à "prendre la carte du PS".

Dans la foulée, le Premier ministre, François Fillon, a dénoncé des propos "stupides" et "contre-productifs". "Il faut refuser de se placer dans une hypothèse de défaite et refuser toute question sur l'après (...)", a-t-il réagi, selon des participants à une réunion à huis clos du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Des propos confirmés par son entourage.

Le patron des députés UMP, Christian Jacob, a quant à lui fustigé des propos "absolument scandaleux". "Ça ne nous sert absolument pas, a-t-il assuré. Dire que le problème de l'immigration n'existe pas quand on fait son marché dans le 6e arrondissement, c'est facile !", a-t-il raillé. Jean-Pierre Lecoq, maire UMP du 6e arrondissement de Paris et candidat pour la 11e circonscription, a renchéri sur Twitter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.