Jeunes migrants : bientôt des tests osseux à la frontière

Des tests osseux seront prochainement mis à la disposition de la police aux frontières dans les Alpes-Maritimes afin de vérifier l’âge des jeunes migrants dont l’Italie refuse le retour sur son territoire. Des tests qui seront organisés par la préfecture avec le concours de l'Agence régionale de santé.

(Bientôt des tests pour vérifier l'âge des jeunes migrants qui passent la frontière italienne, comme ici côté français à Menton © MaxPPP)

Le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes a préconisé lundi l’emploi de tests osseux pour les jeunes migrants interpellés près de la frontière franco-italienne. Selon France Bleu Azur, le principe des tests est acquis, mais la date de l’entrée en vigueur de ces test n'est pas arrêtée.

Un accueil saturé

Pour le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, la situation est urgente. L’élu, également député Les Républicains, a lancé lundi un cri d’alerte, sur la saturation des centres d’accueil pour les mineurs arrivés seuls dans le département.

Quand des mineurs sont interpellés en compagnie d’adultes, ils sont réadmis à la frontière italienne. Mais s’ils sont seuls et donc "isolés" en langage administratif, ils ne peuvent pas être interpellés. Dans ce cas, Eric Ciotti demande que d’autres départements prennent en charge l'accueil d'urgence. Une organisation d’autant souhaitée que ce week-end la préfecture a réquisitionné le foyer d’un lycée de Menton. Le maire de cette ville, Jean-Claude Guibal le déplore en parlant d’"initiatives risquées, même de façon temporaire ".

Dissuader les passeurs

Il reste à savoir si ces jeunes migrants ont bien l'âge qu'ils déclarent. Pour vérifier leur âge, des tests osseux seront mis en place. Selon Eric Ciotti, "c’est la Police de l’air et des frontières (PAF) qui a sollicité ces moyens et qui y travaille".

Une demande motivée, dit l’élu, par la crainte que "des mineurs et des jeunes majeurs soient utilisés par des réseaux de passeurs ". Autrement dit, ces filières pourraient séparer les enfants de leurs familles.

Des tests osseux pour les jeunes migrants : un reportage de Valentin Dunate de France Bleu Azur
--'--
--'--

Avec quel moyen peut-on évaluer l’âge des jeunes gens ? L’élu parle d’un test à partir d’une radiographie des os pour "vérifier si la personne a plus de 21 ans" . Il subsiste donc une zone de flou entre l’âge de la minorité en France,18 ans,  et l'âge des tests médicaux, 21 ans, mais ces vérifications, selon Eric Ciotti, pourraient au moins dissuader les passeurs de séparer les familles.

Depuis le début du mois de juin, 170 jeunes migrants isolés ont ainsi été recueillis par des infrastructures du Foyer départemental de l'enfance, soit autant que pour l'ensemble de l'année 2014.