"Fournée" d'artistes : Jean-Marie Le Pen répond à sa fille

Le fondateur du FN n'a pas apprécié que Marine Le Pen critique sa sortie médiatique où il propose de faire "une fournée" avec les chanteurs Yannick Noah et Patrick Bruel.

Jean-Marie Le Pen, le 21 mai 2014, à Valence (Drôme).
Jean-Marie Le Pen, le 21 mai 2014, à Valence (Drôme). (CITIZENSIDE / CHRISTOPHE ESTASSY / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La réponse n'a pas tardé. Si Marine Le Pen a évoqué dimanche, concernant la "fournée" d'artistes, une "faute politique" de son père, Jean-Marie Le Pen a estimé sur RMC, lundi 9 juin, que la "faute politique" était de "s'aligner sur la pensée unique".


"Je considère que la faute politique, c'est ceux qui se sont alignés sur la pensée unique. Ils voudraient ressembler aux autres partis politiques", a affirmé Jean-Marie Le Pen. Revenant sur sa phrase polémique concernant des artistes anti-FN – "On fera une fournée la prochaine fois" – le président d'honneur du Front national a de nouveau récusé toute connotation antisémite.

 "Je ne savais pas que Patrick Bruel était juif"

Il a notamment nié que ses propos signifiaient "mettre au four" tout en affirmant qu'il ne savait pas que "Patrick Bruel était juif. S'il s'était appelé Moshe, je l'aurais tout de suite compris... Je ne savais pas que c'était une qualité artistique". "Je voudrais qu'on m'explique en quoi ce mot est antisémite ? (...). Je vous mets au défi de trouver une seule phrase antisémite dans ma vie politique", s'est défendu Jean-Marie Le Pen.