Jean-Luc Mélenchon a annoncé vendredi qu'il ne serait pas tête de liste du Front de gauche en Ile-de-France

C'est donc le au PCF, son partenaire au sein de cette alliance, qui devrait conduire la liste.Je ne serai pas la tête de liste de l'Ile-de-France", a déclaré le député européen sur Canal+ ne cachant pas que de nombreuses tractations ont abouti à cette décision.

Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon

C'est donc le au PCF, son partenaire au sein de cette alliance, qui devrait conduire la liste.

Je ne serai pas la tête de liste de l'Ile-de-France", a déclaré le député européen sur Canal+ ne cachant pas que de nombreuses tractations ont abouti à cette décision.

"J'ai mis ma candidature à disposition" mais "apparemment ça ne permet pas de régler les problèmes que je croyais qu'on pouvait régler", a-t-il expliqué, faisant état de "beaucoup d'échanges, de bras de fer, de tensions" pour aboutir à cette décision.

"Le temps de la cuisine est en train de s'achever, on va passer à table, maintenant je ne serai pas la tête de liste de la région parisienne pour le Front de gauche", a-t-il insisté.

"Ce qui compte pour moi c'est pas le sort de ma personne, il est assez enviable, je suis déjà député européen, j'ai la possibilité de m'exprimer", a-t-il assuré. "Ce qui compte pour moi c'est l'avancée du projet politique que j'ai choisi d'incarner" : "le rassemblement de toute l'autre gauche".

Le PCF avait adressé lundi soir une nouvelle offre au Parti de gauche pour les régionales en maintenant son souhait de réserver la tête de liste en Ile-de-France à son numéro deux, Pierre Laurent. Il proposait au parti de Jean-Luc Mélenchon la direction de 5 listes régionales (Franche-Comté, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Pays de Loire et Rhône-Alpes) et de 19 listes
départementales.

M. Mélenchon a par ailleurs indiqué que le Front de gauche était "en accord avec le NPA dans sept régions" pour le scrutin de mars.