Cet article date de plus de neuf ans.

Jean-François Copé a affirmé ne pas être préoccupé par la course à la présidence de l’UMP

Pour Jean-François Copé, la question de la présidence de l’UMP n’est pas à l’ordre du jour. Mercredi 11 juillet, il a repoussé les critiques adressées par le camp Fillon, qui lui reproche implicitement de faire campagne avec des moyens du parti.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-François Copé (PIERRE VERDY / AFP)

Pour Jean-François Copé, la question de la présidence de l'UMP n'est pas à l'ordre du jour. Mercredi 11 juillet, il a repoussé les critiques adressées par le camp Fillon, qui lui reproche implicitement de faire campagne avec des moyens du parti.

Jean-François Copé fait-il campagne sans le dire ? Ce n'est pas du tout l'avis du principal intéressé : le secrétaire général de l'UMP a balayé les critiques du revers de la main mercredi, alors que le camp Fillon lui reproche implicitement depuis quelques jours d'utiliser les moyens du parti dans l'objectif d'en gagner la présidence en novembre prochain.

"Je ne suis pas du tout dans ça, je l'ai dit à plusieurs reprises. Aujourd'hui, la mission qui est la mienne (...) c'est d'installer l'opposition", a déclaré, lors du point-presse hebdomadaire de l'UMP, Jean-François Copé, pour qui "l'été" doit "être exclusivement consacré à ça".

"Je ne suis pas dans la même situation que d'autres qui sont dans des logiques de pré-candidature", a-t-il ajouté, visant François Fillon, seul candidat déclaré pour l'instant, alors que le congrès de l'UMP aura lieu en novembre et que la campagne officielle doit démarrer le 5 octobre.

"On essaie de régler des problèmes concrets aux côté des militants"

Depuis quelques jours, des soutiens de François Fillon accusent implicitement le secrétaire général de l'UMP de faire campagne en utilisant les moyens du parti.

"Il ne faut pas que les uns puissent avoir tous les moyens et les autres aucun moyen de faire campagne", avait déclaré Valérie Pécresse, autre soutien de François Fillon.

"Nous avons fixé ensemble un plan stratégique, après, libre à chacun de ne pas respecter ce que nous avons décidé ensemble, a réagi le secrétaire général de l'UMP. Aujourd'hui nous sommes dans l'installation de l'opposition."

"Quand on est secrétaire général, on est dans les soutes du parti, a ajouté Jean-François Copé. Tous les jours on essaie de régler un certain nombre de problèmes concrets, pratiques, aux côté des militants."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.