Jean-Christophe Lagarde souhaite que l'UDI boycotte les primaires de la droite

La rupture est-elle consommée entre l'UDI et Les Républicains ? Les adhérents du parti centriste vont voter pour décider de la participation ou non de leur parti à la primaire de la droite. Leur président souhaite que la réponse soit négative faute d'accord programmatique et législatif avec Nicolas Sarkozy. Il l'a dit sur France Info.

(Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI, parle d'une "primaire faite pour et par Les Républicains" © WITT/SIPA)

"Pour nous, il n'est pas question de nous engager à respecter le résultat d'une compétition, alors même que les conditions d'une coalition ne peuvent pas être regardées ensemble. Sinon, c'est une primaire faite pour et par Les Républicains, c'est la primaire de la droite, pas celle du centre, et donc nous n'avons pas à nous engager" a expliqué Jean-Christophe Lagarde sur France Info.

"Pour nous, il n'est pas question de nous engager à respecter le résultat d'une compétition, alors même que les conditions d'une coalition ne peuvent pas être regardées ensemble" (Jean-Christophe Lagarde)
--'--
--'--

Si le boycott de l'UDI est confirmé par le vote des adhérents la semaine prochaine, ce serait une mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy. Lui voulait un candidat de ce parti centriste à la primaire avec un double objectif : affaiblir Alain Juppé et éviter une multiplication des candidatures au 1er tour de la présidentielle. Car si la rupture se confirme avec les Républicains, l'UDI peut encore décider d'avoir son propre candidat à la présidentielle sans passer par la case primaire. Et puis en termes d'affichage, on ne pourra plus dire "la primaire de la droite et du centre", ce serait la primaire de la droite. Moins rassembleur, moins mobilisateur peut-être aussi, question d'offre. La question se pose aussi sur la présence ou non de femmes. Il y a des candidates, mais elles ne sont pas sûres d'avoir leurs parrainages. Et le casting est important pour attirer les sympathisants aux urnes alors que les organisateurs espèrent 3 à 4 millions de votants.