Écologie : les trois chantiers de Barbara Pompili

Barbara Pompili réussira-t-elle là où ses prédécesseurs ont échoué ? La toute nouvelle ministre affirme que l'écologie sera un moteur essentiel du futur plan de relance.

France 3

L'Écologie au coeur de la relance. L'objectif est ambitieux, mais la marge de manœuvre de Barbara Pompili reste encore à démontrer. Cela passera notamment par l'application des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Barbara Pompili, fraîchement nommée, sait qu'elle est attendue au tournant. C'est la 4e ministre de l'Écologie depuis 2017. Parmi les dossiers déjà sur son bureau, celui de la Convention climat et des 146 propositions retenues par le Président. Elle va notamment devoir trancher la question de l'organisation d'un référendum sur ces mesures ou encore veiller au respect par la France de l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050.

Faire primer l'écologie sur les intérêts économiques

La nouvelle ministre récupère dans son périmètre le logement avec une ambition : un grand plan de rénovation énergétique. Barbara Pompili a aussi pour feuille de route le développement des énergies renouvelables, solaires et éoliennes. Il lui faudra donc faire primer l'écologie sur les intérêts économiques défendus par Bercy. La ministre pourrait se heurter aux opinions du Président comme sur le nucléaire. En 2017, elle déclarait que ce n'était pas une "technologie d'avenir", tout le contraire de ce que défend Emmanuel Macron. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Barbara Pompili (à gauche) succède à Elisabeth Borne (à droite) au ministère de la Transition écologique, le 7 juillet 2020.
Barbara Pompili (à gauche) succède à Elisabeth Borne (à droite) au ministère de la Transition écologique, le 7 juillet 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)