Certificat de virginité : enquête sur cette pratique que le gouvernement veut interdire

Après le discours d'Emmanuel Macron vendredi 2 octobre sur les séparatismes, un projet de loi doit voir le jour, et il pourrait instaurer la pénalisation du certificat de virginité. 

France 2

Faire certifier sa virginité auprès d'un médecin : la demande est rare en France, mais elle existe. Dans l'intimité d'un cabinet médical, il arrive que des femmes sollicitent la rédaction de ce certificat singulier. Le certificat de virginité atteste que la jeune femme possède un "hymen sans échancrure ni rupture". Il s'agit de prouver sa virginité avant un mariage pour satisfaire aux traditions ou à la religion.

Une pratique que le gouvernement veut interdire

Le gouvernement veut interdire cette pratique en pénalisant la rédaction de ces certificats. La plupart du temps, les jeunes femmes qui le demandent sont soumises à de fortes pressions familiales. "Mon père a demandé à ce que fasse un test de virginité. S'il sait que je ne suis plus vierge, il me vire de la maison", témoigne sur internet une jeune femme. Une telle demande de certificat est comme un appel au secours, qu'une gynécologue interrogée par France 2 reçoit deux à trois fois par an. "Ce sont en général des femmes qui sont sous l'emprise d'une communauté", confie le Dr. Ghada Hatem-Gantzer. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Docteure Ghada Hatem, gynécologue, fondatrice et médecin chef de la Maison des Femmes de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
Docteure Ghada Hatem, gynécologue, fondatrice et médecin chef de la Maison des Femmes de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (BERTRAND GUAY / AFP)