Cet article date de plus de cinq ans.

Investiture menacée : Nadine Morano ripostera dès ce soir

Son cas sera étudié ce mercredi par la commission nationale d'investiture du parti Les Républicains. Nadine Morano devrait perdre son investiture pour les régionales en Meurthe-et-Moselle après ses déclarations sur "la race blanche". Mais l'ancienne ministre est bien décidée à ne pas se laisser faire. Elle va prendre la parole ce mardi soir lors du bureau politique. Et ça devrait déménager.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nadine Morano fustige "une cabale" lancée contre elle © MaxPPP)

Nadine Morano n'en démord pas :  ses propos sur la race blanche sont "une évidence" , dit-elle. Elle aurait d'ailleurs "une valise" de mails de soutien. Pas question de s'excuser. Son cas étudié par la commission nationale d'investiture (CNI) demain soir ? "Un scandale ! Il n'y a même pas de plainte contre moi", argumente-t-elle. La CNI, l'eurodéputée n'y sera d'ailleurs même pas. D'autres priorités : la venue de François Hollande et d'Angela Merkel au Parlement européen.

Nadine Morano dénonce "un tribunal politique"

Mais c'est donc au bureau politique ce mardi soir qu'elle a prévu de défendre sa cause. Une intervention musclée : elle dénonce "une cabale" contre elle, un "tribunal politique",  s'en prend à Philippe Richert qui conduit la liste dans le Grand Est. "C'est lui qui veut ma peau",  assène-t-elle, lui qu'elle a qualifé de "nul" .

A LIRE AUSSI ►►► Nadine Morano : "Tout va bien, il faut descendre d'un cran !"

Philippe Richert qui sera d'ailleurs reçu par Nicolas Sarkozy mercredi matin avec les têtes de liste départementales. Une ultime conciliation ? La confirmation plutôt que Nadine Morano est désormais persona non grata. "La confiance est rompue", explique Philippe Richert, qui assure que quatre appels et deux SMS à l'intéressée sont restés sans réponse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.