Cet article date de plus de neuf ans.

Internet: Aubry veut prélever un euro sur l'abonnement pour les droits d'auteur

La maire de Lille, candidate à la primaire socialiste, préconise l'instauration d'un prélèvement d'un euro sur l'abonnement internet mensuel afin de financer les droits d'auteur et la création musicale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Martine Aubry est opposée à l'Hadopi. (AFP - MIGUEL MEDINA)

La maire de Lille, candidate à la primaire socialiste, préconise l'instauration d'un prélèvement d'un euro sur l'abonnement internet mensuel afin de financer les droits d'auteur et la création musicale.

Martine Aubry est opposée à Hadopi. Pour détourner la Haute Autorité, et tout de même financer les droits d'auteur et la création musicale, la candidate à la primaire socialiste a proposé lundi un prélèvement d'un euro par mois sur l'abonnement internet. Ce prélèvement toucherait l'ensemble des internautes, y compris ceux ne téléchargeant pas.

Au cours d'une rencontre avec des journalistes sur le thème du numérique, Martine Aubry a redit son hostilité la loi Hadopi, qui a institué la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet, laquelle, depuis fin 2010, lutte contre le télécharment illégal. Une loi dont le PS souhaite l'abrogation. "Cette mesure a amené à opposer les jeunes au monde de la culture", a-t-elle déploré, tout en soulignant cependant l'importance du "droit du créateur à être rémunéré".

Selon le député PS Patrick Bloche, un des conseillers de Martine Aubry sur les questions culturelles, ce prélèvement irait d'abord au monde de la musique, l'industrie du cinéma et du livre souffrant moins financièrement du téléchargement illégal des oeuvres.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.