Immigration légale : Lagarde et Parisot prennent leurs distances avec Guéant

L’immigration légale, {"évidemment il faut qu’elle soit protégée et sécurisée"} : cette mise au point est signée Christine Lagarde, sur France 3. La ministre de l’Economie, fait rare, prend ainsi ses distances avec l’idée de son collègue de l’Intérieur, Claude Guéant, de réduire l’immigration légale. _ Dans la foulée, la "patronne des patrons" Laurence Parisot a mis en garde contre les dangers {"d'un pays qui se ferme".}

(Radio France © France Info)

Actualité à 16h avec déclarations de Laurence Parisot

Dans le registre de l’immigration, c’est la nouvelle idée de Claude Guéant : dans un entretien au Figaro magazine, le ministre de l’Intérieur annonce son intention de réduire le nombre d’étrangers admis au titre de l’immigration du travail (20.000 par an), mais aussi ceux "venant en France au titre du regroupement familial (15.000) ".

Dès hier soir, sur France 3, sa collègue de Bercy a critiqué cette prise de position. Sur le fond. "Je ne sais pas quelles sont les raisons qui ont amené (ndlr, Claude Guéant) à dire cette phrase (...) mais en ce qui concerne l'immigration qui est légale, évidemment il faut qu'elle soit protégée et sécurisée", lance Christine Lagarde.
_ "Dans le long terme, on aura besoin de main d'œuvre, on aura besoin d'effectifs salariés formés", justifie la ministre de l’Economie.

Lagarde, puis Parisot

Dans l'après-midi, Laurence Parisot a entamé la même partition.
"C'est très dangereux un pays qui se ferme", a lancé la présidente du Medef lors d'une conférence de presse, au terme d'une réunion des organisations patronales du G8, à Paris.
"Il faut savoir sur ce sujet trouver le bon équilibre entre la nécessité de rester un pays ouvert (...) et en même temps il faut avoir un rythme suffisamment raisonnable pour pouvoir correctement, décemment, intelligemment, intégrer tout le monde", a fait valoir la "patronne des patrons".

Selon Laurent Parisot, l'immigration liée au travail ne représente chaque année en France que 20.000 personnes. "Donc ce n'est pas ça l'enjeu", a-t-elle conclu.

S’agissant des déclarations de Claude Guéant, un proche du chef de l’Etat, c’est la première fois depuis l’élection de Nicolas Sarkozy qu’un membre du gouvernement affiche clairement son intention de réduire l’immigration légale. Jusqu’à présent, c’est la lutte contre l’immigration clandestine qui avait été privilégiée.

Gilles Halais, avec agences