Cet article date de plus de huit ans.

Immigration: "Le Pen ressort sa vieille rengaine..."

En arrivant ce samedi à l'université d'été du FN à la Baule, le président d'honneur du Front National a ravalé au rang de "questions d'habillement" la proposition de sa fille d'interdire le voile et la kippa dans la rue. Et quelques heures plus tard, il a donné sa version de ce que devait être un discours sur l'immigration.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Jacky Naegelen Reuters)

"C'est un sujet intéressant mais c'est pas le sujet essentiel de la vie
politique française. Ce n'est pas un problème essentiel pour moi, je sais que ces questions
d'habillement vous intéressent passionnément mais moi ce n'est pas ce
qui m'intéresse le plus
" a lâché Jean-Marie Le Pen en précisant qu'il "n'avait pas lu l'interview " accordée au Monde dans laquelle sa fille, Marine Le Pen, présidente du FN, a fait cette proposition.

Mais il a jugé que cette proposition était "assez raisonnable, oui
(...), c'est normal, c'est la laïcité. Je crois que ça serait sage oui, c'est ce qui pourrait maintenir l'homogénéité de notre communauté nationale
".

Dans un entretien au Monde publié ce vendredi,  la présidente du FN s'est prononcée pour l'interdiction dans l'espace public, y compris dans "la rue ", du voile religieux que portent certaines femmes musulmanes et de la kippa des hommes juifs.

Un peu plus tard, Jean-Marie Le Pen a donc prononcé un discours radical, bien loin des simples "questions d'habillement" . Il a parlé de "torrents migratoires ", de "marée", d'invasion et de races... sous les
yeux de sa fille Marine, un peu embarassée: "Je ne pourrais jamais prononcer exactement dans les mêmes termes car ce sont les siens..."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.