Cet article date de plus de dix ans.

Hollande contre la "règle d'or" de Sarkozy

François Hollande, candidat à la primaire socialiste, ne saurait imaginer qu'une seule voix de son camp aille à "la règle d'or" d'équilibre budgétaire que Nicolas Sarkozy presse l'opposition à adopter.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Hollande. (THOMAS SAMSON / AFP)

François Hollande, candidat à la primaire socialiste, ne saurait imaginer qu'une seule voix de son camp aille à "la règle d'or" d'équilibre budgétaire que Nicolas Sarkozy presse l'opposition à adopter.

"Je n'imagine pas qu'il y ait un socialiste qui puisse voter une règle d'or qui n'a aucune consistance et qui est prévue pour 2013, donc pour moi le débat est tranché", affirme-t-il. Dans un entretien accordé mercredi à Reuters, le député de Corrèze, favori des sondages pour représenter son camp à l'élection présidentielle, dit ne pas craindre une scission de son camp sur ce qui s'annonce comme un sujet de campagne majeur.

pour voir s'il est possible d'obtenir sur cette règle une majorité au Congrès, qui réunit les deux chambres et où l'appui d'une partie des socialistes est indispensable pour entériner la réforme.

Parmi les autres candidats à la primaire PS d'octobre, Martine Aubry et Arnaud Montebourg sont contre le vote de la "règle d'or", alors que Manuel Valls et Ségolène Royal se sont dits ouverts à la discussion, à certaines conditions.

Le sujet sera discuté au Bureau national du PS mardi prochain afin de prévenir toute friction lors des universités d'été du PS de La Rochelle, trois jours plus tard. Pour François Hollande, le débat sur une "règle d'or" selon lui "déjà dépassée" devra être tranché à la présidentielle. "Il n'y a aucune urgence à la faire voter puisqu'elle ne vaut qu'à partir de 2013. Raison de plus pour que chacun des candidats à la présidentielle dise ce qu'il va faire devant les Français pour redresser les finances publiques", dit-il.

Voir l'interview de François Hollande accordé à Pauline Legrand de France 2

Voir la video

Lui-même veut faire revenir le déficit public à 3% du PIB fin 2013. "Si je suis élu président de la République en mai 2012, je ferai voter par le Parlement une loi de programmation des finances publiques et elle aura vocation à respecter nos engagements européens".

La menace des agences de notation

Face aux accusations d'irresponsabilité brandies par Nicolas Sarkozy, François Hollande répond que seule la politique conduite depuis quatre ans serait à l'origine d' le fameux "triple A".

L'existence d'une "règle d'or" ne saurait à ses yeux influencer les agences de notation "qui ont elles-mêmes dit que ce qui comptait ce n'est pas le vote de telle ou telle règle d'or mais d'avoir des engagements sur les déficits publics et les politiques qui permettent d'y parvenir".

Il accorde également peu de valeur au soutien apporté mardi par la chancelière Angela Merkel à la "règle d'or" de l'Elysée.

"La règle d'or de Nicolas Sarkozy n'a pas grand-chose à voir avec la règle d'or de l'Allemagne qui n'a pas grand-chose à voir avec celle de l'Espagne, qui ne peut être comparée avec ce qui se passe en Italie", résume-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.