Cet article date de plus de dix ans.

Hollande à Tunis : les révolutions arabes au coeur de la visite

Pour la première fois depuis les révolutions arabes de 2011 et la démission du président tunisien Ben Ali, un président français se rend en Tunisie. En visite officielle pour deux jours, le président François Hollande prévoit d'aborder les récents évènements égyptiens.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Reuters)

Au lendemain du renversement du président élu égyptien, le
président Hollande est attendu à Tunis, ce jeudi en milieu de journée. Romain
Nadal, porte-parole diplomatique de l'Élysée, affirme que le président Hollande  "s'apprête naturellement à évoquer en Tunisie
les autres printemps arabes, en Syrie, en Libye et en Egypte".

Attendu à la mi-journée, le président français sera
accueilli par son homologue tunisien Moncef Marzouki, laïc de centre-gauche,
allié aux islamistes d'Ennahda. François Hollande rencontrera ensuite le chef
du gouvernement Ali Larayedh, ainsi que d'autres politiques tunisiens.
Au lendemain de la destitution du président égyptien Mohamed Morsi par l'armée en
réponse aux contestations populaires, le président français s'apprête à s'exprimer
publiquement ce jeudi en fin de journée.

Hollande, porte parole des anti-islamistes ?

Mercredi, veille de son déplacement, plusieurs ONG ont appelé le président Hollande à plaider en  faveur d'un "système démocratique pleinement respectueux des droits humains". Ni oui ni non. D'après son entourage, le président Hollande devrait rappeler l'importance que la France accorde au "respect des libertés individuelles dans le monde", "sans s'ingérer en aucune manière dans les affaires de la justice tunisienne".

Une véritable délégation française

Le président français, accompagné de sa compagne Valérie
Trierweiler, arrive en Tunisise avec une dizaine de ministres et une
quarantaine de dirigeants d'entreprise. Le cinéaste Abdellatif Kechiche, Palme
d'or 2013 à Cannes et Souhayr Belhassen, ancienne présidente de la Fédération
internationale des Ligues des droits de l'Homme, feront partie du voyage. Par contre, Manuel
Valls, ministre de l'Intérieur qui s'était attiré les foudres d'Ennahda en
dénonçant la montée d'un "fascisme islamique" après l'assassinat de
l'opposant tunisien Chokri Belaïd le 6 février dernier, ne
fera pas parti du voyage.

Avis divergents en France

L'UMP a appelé François Hollande
à ne pas "cautionner" le gouvernement tunisien, qu'il a jugé incapable de
respecter sa "feuille de route". Mais les prévisions de programme du président
français sont autres. Vendredi, second et dernier jour de déplacement du
président français, il adressera depuis la tribune de l'Assemblée nationale constituante,
un "message d'encouragement" aux parlementaires qui peinent depuis
2011 à doter leur pays d'institutions  pérennes.

"S'il y a un pays où ce qu'on a appelé le Printemps
arabe a le plus de chances de réussir, c'est probablement la Tunisie"
(Laurent Fabius)

Pour Paris, la Tunisie peut réussir sa
transition démocratique. Le président devrait annoncer aussi le maintien en
2014 de son aide de 500 millions d'euros amorcer une conversion de la dette tunisienne pour financer des
investissements. Au cours de ces deux jours de visite, une vingtaine d'accords et conventions devraient être signés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.