"À Saint-Briac, il y a aussi des gens qui vivent dans la mouise" : un grand débat pour chasser "les clichés"

Chaque jour, franceinfo vous propose de faire étape dans une commune de France pour juger de l'accueil fait au grand débat national voulu par Emmanuel  Macron. Vendredi : Saint-Briac, en Ille-et-Vilaine.

Saint-Briac, en Ille-et-Vilaine, le 19 décembre 2013 (illustration).
Saint-Briac, en Ille-et-Vilaine, le 19 décembre 2013 (illustration). (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

"Je suis enthousiaste, je n'ai pas envie de voir de manipulation", déclare Jean-Marc, un habitant de Saint-Briac au chômage. Il a assisté au deuxième débat, jeudi 24 janvier, organisé dans cette coquette station balnéaire d'Ille-et-Vilaine. Et ce débatteur compte bien aller à un troisième débat, même si d'autres participants sont nettement moins confiants que lui dans la finalité de l'opération.

À Saint-Briac, la finalité du grand débat interroge - un reportage de Sandrine Etoa-Andegue
--'--
--'--

Si Jean-Marc fait acte de présence, c'est qu'il perçoit "peut-être, sans être dupe, le début de quelque chose". "Dans l'idéal, il faut une plus grande diversité. Je vois bien que les gens qui ne viennent pas vont croire qu'il y a 100% de riches retraités au débat de Saint-Briac. Il faut arrêter de vivre avec des clichés. À Saint-Briac, il y a aussi des gens qui vivent dans la mouise", dit-il.

D'autres ont moins confiance dans l'utilité de leur présence. "Est-ce que ce grand débat va vraiment servir à quelque chose, quand on voit que les questions sont préétablies ?", demande l'un, micro en main. Le porte-parole des "gilets jaunes" de Saint-Malo, venu en voisin, renchérit. "On écoute, mais est-ce que ça va être pris en compte ?", se demande-t-il. Le maire de Saint-Briac se veut rassurant. "Les notes intégrales prise en séance sont envoyées sur le site internet de la commune et sur le site du grand débat", assure Vincent Denby-Wilkes.  

Un troisième débat est prévu à Saint-Briac la semaine prochaine, et dans une salle plus grande...