Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Législatives : Édouard Philippe se prononce en faveur d'une "dose de proportionnelle" à l’Assemblée nationale

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Edouard Philippe pour une "dose de proportionelle", s'interroge sur le niveau
Edouard Philippe pour une "dose de proportionelle", s'interroge sur le niveau Edouard Philippe pour une "dose de proportionelle", s'interroge sur le niveau
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Invité de franceinfo mardi, le Premier ministre, Édouard Philippe, a expliqué qu'introduire "une dose de proportionnelle" à l'Assemblée nationale était "utile", mais il s'interroge sur son  niveau.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a estimé, mardi 13 juin sur franceinfo, qu'il serait "utile" d'introduire "une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale". "Le président de la République s'est engagé et a considéré, je crois à juste titre, qu'il fallait corriger le mode de scrutin actuel en y introduisant une dose de proportionnelle. Je n'ai aucun problème avec ça", a-t-il affirmé.

"Une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale ne me choque pas, a poursuivi Édouard Philippe. C'est utile parce que cela permet d'ouvrir la répartition des sièges à des courants politiques qui ont du mal à franchir le cap démocratique du scrutin majoritaire."

Une réforme reportée à 2018 ?

Le Premier ministre s'est toutefois interrogé sur le niveau. Selon lui, la dose de proportionnelle est "à regarder dans le détail pour savoir combien de parlementaires restent à l'Assemblée nationale et comment est-ce qu'on organise la nouvelle Assemblée, avec peut-être moins de députés et des modes de scrutin différents pour les désigner."

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron, le président de la République, s'était engagé à mettre la proportionnelle en place avant la fin de l'année 2017. Selon une information de franceinfo, cette réforme devrait finalement être reportée à 2018.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.