Privatisation d'Aéroports de Paris : une bonne affaire pour les contribuables ?

L'État envisage de céder ses 50,6% du groupe Aéroports de Paris. Une vente qui rapporterait neuf milliards d'euros à l'État, mais qui pourrait nuire à terme aux contribuables. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

L'État devrait retirer presque neuf milliards d'euros de la vente du groupe Aéroports de Paris. "Cela semble donc être une bonne affaire, mais quand on y regarde de plus près c'est beaucoup plus discutable, car l'État va vendre une entreprise rentable qui rapporte 4% de dividendes annuels à ses actionnaires", explique François Lenglet sur le plateau de France 2. 

Il y a quinze ans on privatisait les autoroutes

Pourquoi donc rendre cette rente au service public et ne pas la conserver au bénéfice du contribuable ? "Cela serait d'autant plus justifié qu'un aéroport est ce que l'on appelle un monopole naturel, un monopole physique comme une route ou un réseau d'électricité. Cela garantit d'ailleurs à Aéroports de Paris de traiter l'essentiel du trafic aérien français. On a vécu ça il y a quinze ans avec les autoroutes, l'actionnaire privé est aujourd'hui très content, mais le contribuable a perdu une source de recette notable et les automobilistes passent à la casserole", conclut le journaliste.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration du terminal 2F de l\'aéroport de Roissy.
Photo d'illustration du terminal 2F de l'aéroport de Roissy. (MAXPPP)