"On l'entendra sur différents sujets cet automne et au delà" : Édouard Philippe profite des sénatoriales pour ne pas se faire oublier

L'ancien Premier ministre enchaîne les déplacements de soutien à des candidats et prépare un nouveau livre. Mais il n'a, selon ses proches, aucune volonté de faire de l'ombre à Emmanuel Macron.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Edouard Philippe, maire du Havre et ancien Premier ministre, à Deauville lors de l'inauguration du festival du film américain, le 4 août 2020. (LOIC VENANCE / AFP)

Édouard Philippe est décidément très actif en cette rentrée, lui qui est devenu la personnalité politique préférée des Français. L'ancien Premier Ministre se rend mercredi 23 septembre au soir au Neubourg dans l'Eure pour soutenir son ami Sébastien Lecornu, le Ministre des Outre-Mer, candidat aux élections sénatoriales du dimanche 27 septembre. Le Maire du Havre est bien décidé à être présent sur la scène nationale dans les mois qui viennent et sans doute au-delà.

Depuis son départ de Matignon le 3 juillet, Édouard Philippe joue la discrétion depuis sa mairie du Havre. Quelques interventions médiatiques : le match de foot Le Havre - PSG, le décès d'Antoine Rufenacht (l'ancien maire de la ville), souvenirs du service militaire, l'inauguration du festival du cinéma américain de Deauville. Du thématique, pas de politique... Jusqu'à la semaine dernière. Lors d'un déplacement de soutien à la candidate de l'Union de la droite et du centre aux sénatoriales en Seine-Maritime, Édouard Philippe annonce : "Une tempête économique, une tempête sanitaire, peut-être une tempête sociale, peut-être une tempête politique." 

Exister sans diviser

L'ancien Premier ministre, qui promet un avis de gros temps quand Emmanuel Macron se veut rassurant : ce n'est qu'une tempête dans un verre d'eau, pour l'influent député LREM Roland Lescure. "Je n'y ai pas vu un message politique. J'y ai vu un message, là encore, d'un homme d'État qui est un peu au dessus de la mêlée, qui a pris de la distance par rapport aux opérations et qui, j'espère en tout cas, nous aide autour d'un objectif commun qui est de ressortir la France de l'ornière économique et sociale dans laquelle on est."

Édouard Philippe, rassembleur et non diviseur, constatent à l'unisson ses soutiens. Macron - Philippe : un contrat de confiance estime ainsi un proche du chef de l'État. Il est loyal et le restera, martèlent ses amis, dont Gilles Boyer, son ancien conseiller devenu eurodéputé. Loyal, mais pas sans cordes vocales.

Je sens Édouard Philippe très désireux de participer au débat public, je pense qu'on l'entendra sur différents sujets au cours de l'automne et au delà.

Gilles Boyer, eurodéputé

à franceinfo

Différents sujets de politique nationale ? "Politique nationale ou internationale et peut-être plus des sujets de long terme pour la prochaine génération, croit savoir Gilles Boyer. Car c'est vrai que lorsqu'on est aux manettes, l'échelle de temps est souvent très courte et c'est souvent une frustration".

Un nouveau livre l'an prochain

Parler de l'avenir, mais pour quoi faire ? Édouard Philippe n'ira jamais contre Emmanuel Macron, assure une ministre. Confirmation tout en nuances de Christophe Béchu, le maire d'Angers, un ami lui aussi. Il accueille Edouard Philippe vendredi, pour un discours devant son association, "La République des maires". "Ce que je constate, c'est simple, c'est la constance d'Edouard Philippe dans ses propos. Il souhaite la réussite du président de la République et du gouvernement. Si ces conditions sont réunies, cette question ne se pose pas, tranche Christophe Béchu. Ensuite, la vie est longue, la vie politique en particulier. Ce n'est pas le sujet du moment, ni de la semaine, ni du mois, ni de l'année." 

Édouard Philippe, réserviste, lui qui était officier d'artillerie, a désormais dans son viseur un nouveau livre prévu pour l'an prochain avec son ami Gilles Boyer. Pas un roman cette fois-ci, mais un mélange de récit et d'essai sur ce que peut représenter de diriger la France. Tout un programme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.