Cet article date de plus de trois ans.

Nicolas Hulot : un bilan mitigé

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Nicolas Hulot : un bilan mitigé
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé sa démission mardi 28 août. Il déplore n'avoir obtenu que des "petits pas" sur les engagements de son mandat.

Nicolas Hulot a annoncé sa démission du ministère de la Transition écologique et solidaire mardi 28 août. La question de son départ du gouvernement s'est régulièrement posée, à chaque fois qu'il évoquait ses interrogations et contrariétés à propos des dossiers de son ministère. Il avait pourtant obtenu gain de cause sur deux grands dossiers brûlants : la fermeture du projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame des Landes (Loire-Atlantique) et l'arrêt programmé à 2040 de la vente des voitures à essence et diesel. Le gouvernement a aussi pris à bras le corps la lutte contre la pollution des hydrocarbures en annonçant l'abandon des recherches de nouveaux gisements ainsi qu'un rapprochement de la fiscalité entre l'essence et le diesel.

Des grands dossiers restés sans suite

Nicolas Hulot déplore d'un autre côté la signature du CETA, le traité de libre-échange entre l'Europe et le Canada, signé contre son avis. Alors que le 10 juillet 2017, il déclarait vouloir " fermer un certain nombre de réacteurs et pas un seul réacteur ", aucun réacteur n'a été arrêté. La part du nucléaire dans l'énergie ne sera pas ramenée à 50% d'ici 2025. L'usage du glyphosate, classé comme probablement cancérogène par l'OMS (Organisation mondiale de la santé), n'a finalement pas été interdit par la loi et marque une autre grande déconvenue pour Nicolas Hulot. Selon les associations de consommateurs et les ONG, la nouvelle loi sur l'alimentation est très peu contraignante pour les agriculteurs. Enfin, hier soir, lundi 27 août, les mesures en faveur des chasseurs ont parachevé son sentiment de ne pas être écouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.