La réforme du compte personnel de formation repoussée à l'automne 2019

Prévue à l'origine pour le 1er janvier, l'application de ce texte a été décalée, assure "Le Parisien". L'objectif de cette réforme est de pouvoir convertir les crédits de formation en euros, et d'accéder à toutes les formations via une application dédiée. 

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud lors de l\'université d\'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines), le 29 août 2018.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud lors de l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines), le 29 août 2018. (ERIC PIERMONT / AFP)

Une réforme plus longue que prévu. La monétisation des heures de formation, prévue dans la loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel" promulguée mercredi 5 septembre par Emmanuel Macron, ne verra le jour qu'à l'automne 2019, et non dès janvier 2019, selon des informations du Parisien, publiées vendredi 7 septembre.

"Au 1er janvier 2019, il ne se passera rien pour les 30 millions d’actifs bénéficiant du CPF [compte personnel de formation], la mise en œuvre pratique se fera en septembre ou octobre 2019", a affirmé le ministère du Travail au quotidien. L'objectif de cette réforme est de pouvoir convertir les crédits de formation en euros, et d'accéder à toutes les formations via une application dédiée. "D’ici l’automne 2019, les anciennes règles continuent de s’appliquer. Les salariés qui souhaitent une formation devront continuer de s’adresser à leur employeur ou leur DRH", a ajouté le ministère.

Un compte en euros et non plus en heures

Cette réforme prévoit d'importantes modifications du compte personnel de formation que chaque actif peut créer. Désormais, ce compte ne sera plus alimenté en heures, mais en euros. Il sera crédité de 500 euros par an pour les salariés à temps plein, 800 pour les salariés non qualifiés, dans la limite de 5 000 euros et 8 000 pour les salariés non qualifiés. Une application numérique sera créée pour connaître en temps réel ses droits individuels acquis au titre du CPF et choisir une formation.

La réforme modifie également le mode de financement du CPF. Jusqu'à présent, les syndicats et le patronat collectaient les cotisations formation. Dorénavant, c'est l'Urssaf qui sera chargée de la collecte.