Emmanuel Macron : les soutiens disparus du président

Avec la chute de Benjamin Griveaux, Emmanuel Macron voit s'éloigner l'un de ses proches, l'un de ceux qui l'ont accompagné dans sa conquête du pouvoir. Les soutiens de la première heure sont de moins en moins nombreux autour du président.

FRANCE 2

L'image est prise le jour de l'investiture d'Emmanuel Macron, à l'Élysée, à Paris. Le nouveau chef de l'État pose aux côtés de ses soutiens, radieux et conquérants. Des frères d'armes, artisans de la victoire, les apôtres du président. Le dernier à avoir disparu de l'image, Benjamin Griveaux, est le premier ce jour-là à se féliciter du chemin parcouru. "On a commencé à quelques-uns dans une salle à Amiens (Somme), nous étions 300, et aujourd'hui, nous sommes tous réunis", avait-il déclaré le 14 mai 2017 face à la presse.

Richard Ferrand, premier frère d'armes à partir

Le rétrécissement de la photo a commencé avec le départ du plus ancien compagnon de route, Richard Ferrand. Sitôt installé comme ministre, il démissionne avec l'affaire des mutuelles de Bretagne, première blessure pour le président, même si depuis, Richard Ferrand est monté au perchoir de l'Assemblée nationale. Un an et demi plus tard, c'est le départ d'un autre historique, Gérard Collomb. Ému le jour de l'investiture, ministre de l'Intérieur pendant un an et demi, il préfère retourner à Lyon (Rhône). Une gifle pour Emmanuel Macron. Qu'il est loin le temps où ce dernier prenait lui-même un selfie le soir du premier tour des élections présidentielles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président Emmanuel Macron à l\'université de Cracovie, en Pologne, le 4 février 2020.
Le président Emmanuel Macron à l'université de Cracovie, en Pologne, le 4 février 2020. (BEATA ZAWRZEL / NURPHOTO / AFP)