Emmanuel Macron : "le 1er mai n'est pas la journée des casseurs"

La manifestation du 1er-Mai à Paris a été marquée par l'irruption de 1 200 black blocs qui ont causé des débordements violents. Emmanuel Macron condamne ces agissements, comme le rapporte Guillaume Daret, l'envoyé spécial de France 2 en Australie.

FRANCE 2

La manifestation parisienne du 1er-Mai a mal tourné. Elle a en effet été marquée par l'irruption de 1 200 black blocs qui ont causé des débordements violents. Depuis Sidney (Australie), le chef de l'État a été tenu informé en permanence de ce qui se passait en France, comme le rapporte Guillaume Daret, l'envoyé spécial de France 2 en Australie. " Dès la fin du dîner officiel à l'Opéra de Sidney, à son hôtel, il a visionné les images de ces affrontements (...) Des images d'ailleurs diffusées par quelques chaînes de télévision australienne. Il a eu ensuite le secrétaire général de l'Élysée et en plein milieu de la nuit, c'est le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb qui lui a téléphoné, pour lui faire un état des lieux complet de la situation", rapporte le journaliste.

Un message de fermeté

Emmanuel Macron a voulu faire passer un message de fermeté, mardi matin depuis Sidney : "La journée du travail, c'est la journée des travailleurs, ce n'est pas la journée des casseurs (...) Je ne peux ici que condamner, à nouveau, avec la plus grande fermeté ce qui s'est passé", a déclaré le Président de la République.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République Emmanuel Macron lors d\'une conférence de presse commune avec le Premier ministre australien, le 2 mai 2018 à Sydney (Australie).
Le président de la République Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre australien, le 2 mai 2018 à Sydney (Australie). (LUDOVIC MARIN / AFP)