Corse : le lapsus de Jacqueline Gourault qui embarrasse le gouvernement

Jacqueline Gourault, la ministre en charge du dossier corse, a repris mardi 3 juillet le terme de "prisonniers politiques corses", un terme cher aux nationalistes. Malgré sa mise au point, la ministre n'a pas réussi à éteindre la polémique.

Voir la vidéo
France 3

La polémique est partie de cette phrase prononcée mardi 3 juillet par Jacqueline Gourault : "Il y a eu récemment des prisonniers politiques qui ont été rapprochés en Corse". Ce terme est cher aux nationalistes corses. Une formule explosive dans la bouche d'une ministre qui a rapidement corrigé dans un tweet ce matin : "Évidemment, je ne m'approprie pas l'expression "prisonniers politiques" ! Il s'agit de détenus de droit commun". Son entourage évoque un lapsus, une erreur de langage.

Contexte tendu

De quoi réjouir les indépendantistes corses, comme Jean-Philippe Acquaviva, qui veulent voir dans cette formule un espoir. L'opposition, par la voix du député LR Éric Ciotti, crie au scandale. La polémique intervient dans un contexte plus que tenu entre le gouvernement et les représentants politiques corses. Les deux camps cherchent actuellement sur le statut de l'île dans la réforme constitutionnelle promise par Emmanuel Macron.

Le JT
Les autres sujets du JT
(NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)