Gérald Darmanin se dit "choqué" par les rayons de "cuisine communautaire" dans les hypermarchés

Le ministre a également dénoncé la "responsabilité" du "capitalisme français, mondial" dans le développement du "communautarisme".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, arrive au palais de l'Elysée, le 19 octobre 2020 à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Ses propos font vivement réagir. Invité de BFMTV mardi 20 octobre, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est dit personnellement "choqué" par les rayons de "cuisine communautaire" dans les hypermarchés, provoquant d'importantes réactions sur les réseaux sociaux.  

"Ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu'il y a un rayon de telle cuisine communautaire, c'est comme ça que ça commence le communautarisme", a déclaré Gérald Darmanin, précisant bien qu'il ne s'agissait que de son opinion personnelle. "Heureusement que toutes mes opinions ne font pas partie des lois de la République", a-t-il poursuivi. 

Le ministre de l'Intérieur a assuré plus tard au cours de l'émission qu'il visait les rayons des supermarchés, et non les produits eux-mêmes.

Je comprends très bien que la viande halal soit vendue dans des supermarchés, ce que je regrette, ce sont les rayons. Pourquoi dois-je faire un rayon différent ? J'ai donc le rayon pour les musulmans, le rayon casher puis tous les autres... Pourquoi des rayons spécifiques ?

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

à BFMTV

Le ministre a poursuivi en dénonçant la "responsabilité" du "capitalisme français, mondial" dans le développement du "communautarisme". "Ce n'est pas parce qu'on a des parts de marché en flattant quelques bas instincts qu'on a rendu service au bien commun", a-t-il estimé, évoquant  "de grandes entreprises" qui "ont organisé parfois le marketing direct" pour "gagner de l'argent sur le communautarisme". 

"Il a décidé d'allumer mille incendies"

Ces paroles n'ont pas manqué d'indigner des journalistes et internautes sur les réseaux sociaux, dans le contexte de l'attentat près du collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Gérald Darmanin "a décidé d'allumer mille incendies", a notamment réagi le journaliste de Libération Ramsès Kefi. "Je n'arrive pas à croire à ce que j'entends là", a poursuivi son confrère Etienne BalditIlyes Ramdani, reporter de Mediapart, a quant à lui exprimé sa "sidération" en entendant ces propos.

Côté politique, la sénatrice socialiste de l'Oise et ancienne ministre Laurence Rossignol a réagi mercredi matin. "Dans le viseur du ministre de l'Intérieur : les rayons halal, thaï, kasher, indien, asiatique... Sans oublier le rayon bio, ce repère de la cuisine communautaire amish !", a-t-elle déclaré sur Twitter. 

Invité de RMC-BFMTV mercredi matin, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été interrogé sur les rayons de "cuisine communautaire" évoqués par le ministre. "Cela ne me choque pas. Quand je fais mes courses, je vais au rayon 'produits bretons', parce que je suis breton. Et je vais vers les produits du terroir", a-t-il répondu. 

"Dans ma circonscription à Chateaulin [Finistère], il y a une grande entreprise qui exporte 500 000 tonnes de poulets par an vers l'Arabie saoudite et c'est du poulet halal", a poursuivi le président de l'Assemblée nationale. "Quand ça permet à des filières entières de vivre, à des entreprises de prospérer (...) on s'adapte à la demande du marché, donc ce n'est pas un sujet."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.