Cet article date de plus de neuf ans.

Gaudin largement réélu à Marseille, le FN prend un secteur

FOCUS | A Marseille, le maire sortant UMP, Jean-Claude Gaudin, a été réélu confortablement au second tour ce dimanche soir. Il est crédité de 42,4% des voix, devant le socialiste Patrick Mennucci (31,8%). Le FN fait une percée avec 25,8% des suffrages, et surtout en remportant la mairie du septième secteur.
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

La gauche voulait en faire le symbole des reconquêtes socialistes lors de ces municipales. Finalement, Marseille restera comme l'image de l'imposante défaite du PS. Le candidat socialiste, Patrick Mennucci, s'est en effet largement incliné avec 31,8% des voix face à Jean-Claude Gaudin (42,4%).

Une double défaite pour Patrick Mennucci, puisqu'il perd également le premier secteur, où il était candidat à sa réélection. Selon les dernières estimations, il ne réalise que 40,5% des suffrages, alors que son concurrent UMP-UDI Dominique Tian fait 44,6% des voix. Un bon résultat aussitôt récompensé par Jean-Claude Gaudin qui a déclaré que Dominique Tian serait son premier adjoint à la mairie de Marseille.

Jean-Claude Gaudin, qui va donc entamer un quatrième mandat à la tête de la deuxième ville de France, s'est déclaré "très content ". "J'aurai une majorité absolue et beaucoup plus large que je n'avais jusqu'à présent ", a-t-il dit sur TF1. Selon les dernières projections, cette victoire assurerait effectivement 62 sièges la liste du maire sortant. La liste de Patrick Mennucci n'aurait que 19 sièges et serait devancé par la liste du candidat FN Stéphane Ravier qui obtiendrait 20 sièges.

Le FN gagne le 7e secteur

C'est en effet la deuxième information de la soirée à Marseille, le Front national réussit une percée historique avec 25,8% des voix. Stéphane Ravier prend même la mairie du septième secteur avec 35% des voix devant ses deux rivaux, tous deux crédités de 32%.

Le septième secteur compte 150.000 habitants sur les deux arrondissements, le 13e et le 14e, concernés. Une polémique était née entre la droite et la gauche entre les deux tours en raison du refus des socialistes de retirer leur candidat arrivé troisième au premier tour.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.