Cet article date de plus de trois ans.

Un ancien conseiller de Marine Le Pen affirme avoir bénéficié d'un emploi fictif

Gaël Nofri explique avoir été rémunéré par l'entreprise privée de l'expert-comptable du FN en 2012, alors qu'il travaillait pour le parti.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gaël Nofri devant le siège du FN à Nice, le 26 novembre 2012, à une période où il affirme avoir été réménuéré par l'entreprise privée de l'expert-comptable du FN, alors qu'il travaillait pour le parti. (VALERY HACHE / AFP)

C'est un nouveau témoignage qui charge Marine Le Pen. Un ancien conseiller de la présidente du FN, qui s'est depuis rapproché des Républicains, affirme, samedi 25 février dans Médiapart et Marianne, et dimanche à l'AFP, avoir bénéficié d'un emploi fictif alors qu'il travaillait pour le parti. Il dénonce "un système de corruption généralisé au FN". Le FN et les proches de sa candidate sont déjà visés par des enquêtes concernant des soupçons d'emploi fictif et de financement illégal de plusieurs campagnes électorales.

Une proposition de rémunération par le Parlement européen

Gaël Nofri explique qu'il était "conseiller aux services publics" de Marine Le Pen pour la présidentielle de 2012. Après avoir signé un "contrat de campagne avec Marine Le Pen" en septembre 2011, il explique qu'on lui a, une première fois, proposé de bénéficier d'un emploi fictif : "En 2012, on me dit: 'il y a un problème, il faut passer sur un contrat avec le Parlement européen'. Je refuse"A Mediapart, il explique même avoir reçu des fiches de paie du Parlement à la fin de la campagne.

Le FN est justement soupçonné d'avoir rémunéré avec des fonds du Parlement européen des assistants qui travaillaient pour le FN.

Passé du FN aux Républicains

A la suite de ce refus, Gaël Nofri explique avoir passé plusieurs mois sans contrat, entre mai et septembre 2012, avant de recevoir une proposition de l'expert-comptable du FN, Nicolas Crochet. "Je vois que ce n'est pas un contrat de campagne mais de conseil dans son cabinet d'expertise comptable. J'assume, je signe après cinq mois sans salaire ni chômage", explique-t-ilIl assure n'avoir "jamais mis les pieds" dans cette entreprise.

L'ex-conseiller explique être en "rupture totale" avec Marine Le Pen depuis cette période, mais a dirigé la campagne de Jean-Marie Le Pen aux élections européennes dans le Sud-Est en 2014, avant de quitter le parti. Il siège aujourd'hui au conseil municipal de Nice avec la majorité Les Républicains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.