Cet article date de plus de neuf ans.

François Hollande sur France 2 : les principales annonces

Jeudi soir pendant plus d'une heure, le chef de l'Etat a répondu aux questions de David Pujadas en direct sur France 2. François Hollande a notamment annoncé que la taxe de 75% sera payée par les entreprises sur les salaires de plus d'un million d'euros et que le budget de la Défense restera fixe en 2014. Le président a également confirmé un allongement des durées de cotisation retraite et une baisse des prestations familiales pour les ménages les plus aisés. Il a aussi précisé le calendrier du retrait des troupes françaises au Mali.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
  (Reuters)

Costume sombre et cravate bleu nuit, dans un décor numérique souhaité "sobre", le chef de l'Etat s'est prêté jeudi soir à un exercice d'explication télévisée en direct pendant plus d'une heure. François Hollande était interrogé par David Pujadas. 

Les entreprises paieront la taxe à 75%

Au cours de son intervention, le chef de l'Etat a fait quelques annonces. Parmi les plus importantes, François Hollande a annoncé que les entreprises seraient mises à contribution dans le cadre de la fameuse taxe à 75%, une de ses promesses de campagne, retoquée par le Conseil constitutionnel. "J e tiens mon engagement ", a-t-il dit. Les entreprises paieront cette taxe pour la part des salaires supérieurs à un million d'euros.

Pour les ménages, "il n'y aura pas d'impôt supplémentaire en 2013, et aucune autre augmentation que celle de la TVA déjà prévue pour 2014".

"Un choc de simplification"

Concernant les entreprises, le chef de l'Etat a également annoncé un "choc de simplification ", répétant la formule à plusieurs reprises : "aujourd'hui une petite entreprise est obligée d'envoyer 3.000 informations par an à l'administration. Demain il faut réduire deux fois, trois fois ce chiffre ".

Le chef de l'Etat a aussi annoncé un allègement de la fiscalité sur les transmissions et les cessions d'entreprises en France. Il a également indiqué que les Français bénéficiant d'accords de participation aux bénéfices de leurs entreprises pourraient en débloquer les montants immédiatement, alors que ces fonds sont bloqués cinq ans.

Le budget de la Défense restera fixe

La deuxième annonce formulée jeudi par le chef de l'Etat concerne le budget de la Défense. "Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu'en 2013 "; a indiqué le chef de l'Etat, répondant ainsi aux inquiétudes quant à la publication du Livre blanc de la défense prévue pour avril. "Comme  nous avons été bien défendus en 2013, nous serons bien défendus en 2014, et  ainsi ce sera la même somme qui sera affectée à l'outil de défense ", a précisé le chef de l'Etat.

Calendrier de retrait du Mali

Concernant le Mali, le chef de l'Etat a confirmé que les troupes françaises commenceraient leur retrait à partir du mois d'avril. "Au mois de juillet il n'y aura plus que 2.000 soldats au Mali, sans doute dans le cadre d'une intervention de l'Onu,  et puis à la fin de l'année il en restera un millier environ ". "Nous serons intraitables sur la tenue d'élections au Mali en juillet ", a  ajouté le chef de l'Etat. Il a également indiqué que "d es éléments " accréditent l'idée que l'otage Philippe Verdon "pourrait être mort ".

"Etre dans l'austérité c'est condamner l'Europe non pas à la récession mais à l'explosion "

A l'étranger, François Hollande a également abordé le thème de la Syrie : "Il y a encore trop d'incertitudes pour livrer des armes à la rébellion syrienne, elles le seront dès que toutes les garanties seront données ", a-t-il dit.

Pour ce qui est de l'Europe, "n ous devons accélérer " a indiqué le chef de l'Etat. "Etre dans l'austérité c'est condamner l'Europe non pas à la récession mais à l'explosion ", a-t-il dit. 

Allongement des cotisations retraite

Retour en France. Jeudi soir, François Hollande a également confirmé un allongement de la durée de cotisation retraite : "Ceux qui ont cotisé longtemps doivent pouvoir partir à temps mais comme on  vit plus longtemps -l'espérance de vie s'allonge-, il va falloir avoir des  durées de cotisation plus longues ", a indiqué le chef de l'Etat.

François Hollande a aussi, à nouveau, confirmé son but d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année. "Mon premier objectif c'est d'inverser la courbe du chomage avant la fin de l'année, c' est un engagement et une bataille, et je vais y mettre tous les moyens ", a-t-il dit.

Baisse des allocations familiales pour les plus riches  

"Il n'y aura pas de
fiscalisation des prestations familiales, c'est absurde, on ne va pas donner d'un
coté et reprendre de l'autre
. Mais les plus hauts revenus ne peuvent pas avoir les mêmes allocations que les plus modestes ", a déclaré François Hollande. "Que les plus hauts revenus aient les mêmes  allocations, non ! Ça sera revu ", a annoncé le chef de l'Etat.

Mariage pour tous : "Des droits donnés à tous sans qu'aucun droit ne soit retiré à d'autres"

A son arrivée à France Télvisions dans le 15e arrondissement de Paris, François Hollande avait été accueilli par des centaines d'opposants au mariage homosexuel. Il est revenu sur la question pendant l'entretien : "C'était un engagement que j'avais pris. Des droits donnés à tous sans qu'aucun droit ne soit retiré à d'autres. C'est vrai que ces débats de société sont toujours extrêmement clivants et je respecte les contradictions qui existent dans la société française ". "Mais il y a un moment où il faut accepter la légitimité du parlement et du suffrage ", a-t-il dit.

Le chef de l'Etat s'est également engagé à nouveau : "la règle de non-cumul des mandats sera appliquée avant la fin du quinquennat ". Il a aussi confirmé la suppression des peines planchées, sans toutefois donner de calendrier précis.

"J'ai le cuir solide"

François Hollande l'a martelé : "Ma priorité c'est l'emploi, mon cap c'est la croissance ". Il a répété sa volonté d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année.

Et puis, François Hollande l'a répété : "tous les outils sont là, ils vont maintenant être mis en place ". Les critiques ? "J'ai le cuir solide, j'ai le sang froid, pas les nerfs à vif ". Enfin, il a fixé le calendrier depuis son élection il y a dix mois : "Deux ans pour redresser, et le reste, trois ans, pour nous dépasser, car nous devons aller plus loin ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.